Messages mars-avril 2024

Avril 2024

Message 5584 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 9 avril 2024

Chers enfants, ouvrez vos cœurs à la lumière de la vérité, car c’est seulement ainsi que vous aurez la force d’affronter ceux qui sèment de fausses doctrines. N’oubliez pas : en Dieu il n’y a pas de demi-vérité. Pliez vos genoux en prière devant la Croix. L'humanité est malade et a besoin d'être guérie. Repentez-vous et recherchez la miséricorde de mon Jésus. Laissez vos vies parler du Seigneur plus que vos paroles. C’est le moment de votre témoignage sincère et courageux. La vérité de mon Jésus est dans Son Évangile et dans les enseignements du véritable Magistère de Son Église. Quoi qu’il arrive, restez fidèles à Jésus. Ne regardez pas la vérité à travers un miroir brumeux. La vérité de mon Jésus brillera toujours dans les âmes fidèles ! Écoutez la voix des courageux soldats en soutane et ne vous éloignez pas des leçons du passé. Dans le grand naufrage de la foi, seuls ceux qui aiment et défendent la vérité seront sauvés. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai vers Celui qui est votre Chemin, Vérité et Vie. Avancez sans crainte ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Notre-Dame de Zaro di Ischia reçu par Simona, le 8 avril 2024

J'ai vu notre Maman de Zaro [di Ischia], elle était vêtue de blanc, sur sa poitrine il y avait un cœur composé de petites roses blanches, autour de sa taille il y avait une ceinture dorée et une rose blanche posée dessus, une rose blanche sur chaque pied, sur sa tête une voile blanche voile et sur ses épaules un Manteau bleu. Maman avait les bras ouverts en signe de bienvenue et dans sa main droite un long chapelet, fait comme des gouttes de glace.

Loué soit Jésus-Christ

"Mes chers enfants, je vous aime d'un amour immense, je suis à côté de chacun de vous, je passe parmi vous, je caresse votre tête et j'embrasse votre front. Mes enfants, je viens vers vous comme la plus aimante des mères, je viens vous consoler, je viens vous prendre par la main pour vous conduire à mon Jésus bien-aimé. Ma fille, prie avec moi."

J'ai prié longtemps avec Maman puis elle a repris le message.

"Mes enfants, priez, priez pour mon Église bien-aimée, priez pour le vicaire du Christ, priez pour mes bien-aimés fils de prédilection [les prêtres]. Mes enfants, aimez-les et chérissez-les, ne les jugez pas mais priez pour eux. Mes enfants, quand l'un de ces fils tombe, beaucoup tombent avec lui ; priez, mes enfants pour qu'ils aiment le Christ et donnent leur vie comme mon Fils l'a donnée, en aimant sans limites. Qu'ils servent le Christ, qu'ils le chérissent et l'aiment. Mes enfants, sans prêtres il n'y a pas de Christ parmi vous. Priez mes enfants, priez.

Maintenant, je vous donne ma sainte bénédiction.

Merci d’être accourus vers moi."

Message de la Vierge Marie à Marilda Santana, Piedade dos Gerais (Brésil), le 7 avril 2024 (Dimanche de la Divine Miséricorde)

Traduction en attente

Message 5583 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 6 avril 2024

Chers enfants, mon Fils Jésus est la vérité absolue du Père et c'est seulement en Lui que se trouvent votre véritable libération et votre salut. Ne vous écartez pas de la vérité. Restez fidèles à Jésus et au véritable Magistère de Son Église. Tout mensonge tombera et les traîtres à la foi boiront la coupe amère de la condamnation. Soyez des hommes et des femmes de prière, car c'est seulement ainsi que vous pourrez contribuer au Triomphe définitif de mon Cœur Immaculé. Vous verrez encore des horreurs dans la Maison de Dieu à cause des mauvais pasteurs, mais ne perdez pas espoir. L’avenir sera meilleur pour les justes. Courage! Je prierai mon Jésus pour vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message 5582 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 4 avril 2024

Chers enfants, Dieu est pressé. Tournez-vous vers Lui pour être sauvé. Fuyez le péché et acceptez la grâce de Dieu dans votre vie. Vous vivez à une époque de douleur et le moment est venu pour vous de vous convertir. Acceptez l'Évangile de Mon Jésus. Ne laissez pas les choses du monde s’enraciner en vous. Vous appartenez au Seigneur et c’est Lui seul que vous devez suivre et servir. L'humanité se dirige vers un grand abîme spirituel. Les vérités de Dieu seront méprisées et les hommes embrasseront ce qui est faux. Un grand bourbier de fausses doctrines atteindra la Maison de Dieu, mais ne reculez pas. Les courageux soldats en soutane [prêtres] prendront soin des hommes et des femmes de foi. Allez de l’avant sans crainte ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 3 avril 2024

Message complet

Message 5581 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 2 avril 2024

Chers enfants, ouvrez vos cœurs à la lumière de Dieu. L'humanité vit dans les ténèbres du péché et mes pauvres enfants marchent comme des aveugles conduisant d’autres aveugles. Éloignez-vous de tout ce qui vous éloigne de mon Fils Jésus. Vous appartenez au Seigneur et c’est Lui seul que vous devez suivre et servir. Je suis votre Mère et je suis à vos côtés. Vous vous dirigez vers un avenir de grande confusion et seuls ceux qui prient supporteront le poids des épreuves. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai à mon Fils Jésus. Je connais chacun de vous par votre nom et je prierai mon Jésus pour vous. Repentez-vous de vos péchés et recherchez la miséricorde de mon Jésus par le sacrement de confession. C'est dans cette vie, et non dans une autre, que vous devez témoigner de votre foi. Allez de l’avant ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Mars 2024

Message de la Vierge Marie à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 31 mars 2024

Traduction en attente

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 31 mars 2024

"La Résurrection"

Ma petite Marie, c'est le jour de l'exultation, de la victoire, de la résurrection. Voici, J'ai vaincu le monde et tous les maux sont dissous en Moi, les ténèbres se dispersent dans Ma lumière et dans Mon éternité tout ce qui est transitoire et fallacieux entre dans la stabilité du présent infini. J'ai vaincu toute réalité démoniaque, tout l'empire des enfers, la précarité de l'existence humaine avec son péché et la mort elle-même.

Pourtant, combien déplorent encore aujourd’hui qu’il n’y ait pas de résurrection, alors que les guerres continuent, que persistent les souffrances et les maladies, ainsi que toutes les injustices et douleurs qui tourmentent les hommes. Des gens meurent. Où est la résurrection ? Mais Je vous dis qu'elle est présente dans ces situations, qu'elle traverse l’histoire en lui infusant Ma Personne, que Je la traverse en l’aspergeant de Ma victoire.

Par Ma résurrection, Je pénètre les souffrances et les épreuves des peuples, les tourments et les angoisses humaines, car dans tout cela Je me transfuse, Moi le Ressuscité, et sur ces réalités qui semblent être des pertes et des échecs, Je triomphe, en leur donnant une renaissance, une nouvelle vie supérieure, la Mienne. Les tribulations du monde ne sont plus des fins, mais dans leur emprisonnement douloureux J'imprime Mon triomphe qui fait en sorte qu'on va au-delà vers la vie de Dieu.

Même à Mon époque, face à la désintégration de Ma Personne dans Ma Passion et Ma mort, on a vu en Moi un échec, la défaite de tout ce que J'avais enseigné, de ce qui avait été fait, de ce que J'avais dit en déclarant qui J'étais. J'étais mort, et de quelle mort, en donnant la vision de sa souffrance fantomatique. Comment une créature, un homme, pourrait-il survivre à la mort ? Néanmoins, Je passe par Ma douleur, Mon expiation, prenant sur Moi tout le mal commis, les forces obscures, les limites de l'humain, et Je les traverse dans la sève de Ma divinité, Je franchis le seuil dans Ma puissance divine, qui dans Mon très saint amour, les rachète et les surmonte ; Je les régénère pour vous donner l'éternité d'une nature qui devient éternelle et qui n'est plus défaillante, attaquable, corruptible et limitée.

Mes fidèles vont trouver le tombeau vide, la pierre déplacée. "Où est le Seigneur dont nous avons enterré la dépouille ?", et Je leur réponds en leur apparaissant plusieurs fois dans Ma dimension de Seigneur ressuscité. Je vis.

Malgré Ma victoire sur le mal, les guerres persistent, les maladies, la faim, la corruption, toutes sortes de tourments, et ce n'est pas parce que Dieu le veut, mais parce que l'homme continue à commettre le péché. C'est lui qui perpétue la souffrance des péchés. Qu'est ce qui a changé? Que de telles douleurs n'ont plus le dernier mot, qu'elles ne sont plus des fins en elles-mêmes, qu'elles n'ont plus leur date limite avec la perte de tout espoir, étant donné que Ma résurrection va plus loin, dépasse les frontières, vit son triomphe en donnant toujours un lavage de rédemption et de régénération, une nouvelle naissance à la vie éternelle.

Bienheureux ceux qui croient en Ma Résurrection, qui s'accrochent à Moi comme le lierre, qui comme un aimant sont attirés vers Moi et restent collés à Moi : en eux Je transfuse Ma nature de ressuscité, en eux Je surmonte et vainc les épreuves, les misères, les tempêtes de la vie, toutes les douleurs et toutes les attaques, car en eux vit la puissance victorieuse de Ma Personne. De quoi auront-ils peur ?

Ainsi, comme le dit l’Évangile : "Ne craignez pas, n’ayez pas peur." La peur bloque votre foi, éteint l’espoir et vous enferme dans vos limites. Dans Ma vie ressuscitée, ouvrez grands les bras et n'ayez pas peur, vivez l'espérance qui devient la certitude que toutes les montagnes, même les plus ardues, peuvent être gravies pour atteindre le sommet.

Dans le Ressuscité, vous êtes déjà des ressuscités qui vainquent les démons, le péché et la mort, vous répandez partout la force de la résurrection, Ma lumière qui ne peut être étouffée : elle vous revêtira jusqu'à ce que vous atteigniez le Royaume.

Je vous bénis.

Message de la Vierge Marie à Marilda Santana, Piedade dos Gerais (Brésil), le 31 mars 2024

Message complet

Message 5580 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis, Samedi Saint, le 30 mars 2024

Chers enfants, vous n'êtes pas seuls. Le Ciel est venu à votre rencontre. En Jésus, mon Fils bien-aimé, votre Sauveur, vous pouvez atteindre une éternité heureuse. Détournez-vous du monde et tournez-vous vers Celui qui est votre Grand Ami. Il s'est donné pour vous et pour votre salut. Changez votre vie. Ne laissez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui. Dans le silence de la prière, écoutez la voix de Jésus. Il veut parler à votre cœur. Écoutez-le et vous serez riches en foi. Ne permettez à rien ni à personne de vous éloigner du chemin que je vous ai montré. Vous verrez encore des horreurs sur terre, mais ceux qui resteront fidèles jusqu’au bout recevront la récompense des justes. Allez de l’avant pour la défense de la vérité ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Sainte Trinité. Merci de M'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 29 mars 2024

"Le Vendredi Saint"

Ma petite Marie, c'est le Vendredi Saint, c'est le jour de la douleur. Jamais un tel cri de tourment dans sa souffrance n'est monté de la terre au Ciel : c'est le jour où les hommes tuent Dieu dans Son humanité. Un flux de coups s'est déversé sur Moi: J'ai été torturé, tourmenté, harcelé, dénigré de toutes les manières. Ma chair n’a pas été épargnée et a été réduite en lambeaux. Il n'y avait pas un seul bord qui ne fût blessé par les coups portés, et J'éprouvais une tribulation aussi en termes de spasmes intérieurs : Je souffrais dans les fibres les plus intimes de l'âme, invisibles aux hommes, que les récits de Ma Passion n'ont pas pu décrire.

Qu'est-ce qui me tue ? Qu'est-ce qui fait rage contre moi ? Qu'est-ce qui déforme Mon apparence, la beauté de Mon visage, au point de le défigurer et de le déformer, au point qu'il ne soit plus reconnaissable, sinon le péché ? Qu'est-ce qui me cloue sur une Croix, sinon le péché ? Qu'y a-t-il dans les morsures faites à Ma chair, sinon toujours le péché ?

Quand vous contemplez le Crucifié déchiré, devenu [rien qu’]une plaie, vous voyez clairement le péché qui m'a couvert pour vous, qui a pris forme en Moi avec sa souffrance.

Qu’est-ce qui ramène l’image divine à sa perfection, à sa beauté originelle, sinon la pureté retrouvée de la grâce ? Dans cet état de la bonté transparente, vous verrez présent le Ressuscité. Le péché qui m'a affligé en me crucifiant est pourtant lavé, racheté et vaincu par Mon amour et Ma miséricorde. Je viens vous donner à nouveau, par la purification de Mon Sang divin, une justice nouvellement établie, le salut retrouvé, une création renouvelée.

Voici que J'ai donné ma part, la plus grande part, mais vous allez vivre vous aussi le Vendredi Saint, et plus votre âme est déformée par les coups du péché et perd sa ressemblance originelle avec Dieu, plus elle réclame les larmes de son lavage, de la douleur qui répare et réforme. Qu'est-ce qui vous aide à accélérer sa guérison et à l'entretenir, sinon le fait de plonger vos péchés dans Mon Sang Divin, dans Ma rédemption, où ils sont purifiés et vous êtes régénérés. C’est seulement ainsi que votre âme brillera à nouveau avec son visage ressuscité.

Je vis toujours Ma Passion parmi les hommes. Le Vendredi Saint est toujours présent avec sa tribulation. Je souffre encore chez Mes enfants touchés par les guerres, la faim, les maladies, les injustices et les abus. Et qu’est-ce qui fait que tout cela arrive ? Toujours le mal commis.

Dieu vous a donné sur terre un jardin de tous délices et tout pour votre subsistance ; dans votre vie vous avez le don de la santé, dans le futur la certitude de l’éternité, mais vous profanez les dons reçus avec le péché commis, vous les salissez, vous les polluez et corrompez par vos œuvres iniques, par vos souillures : que faudra-t-il pour leur redonner toute leur valeur, Mes enfants, si ce n'est le fait d’abandonner vos mauvaises actions et de vous convertir à la rectitude ?

Dans la grâce retrouvée, l'humanité revient à s'épanouir ; sa victoire s'accélère, elle la vivra et en Moi elle ne présentera plus un corps blessé et saignant, mais radieux, triomphant et ressuscité.

Je vous bénis.

Message de la Vierge Marie à Marilda Santana, Piedade dos Gerais (Brésil), le 29 mars 2024

Traduction en attente

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 28 mars 2024

"Le Jeudi Saint"

Ma petite Marie, c'est la Dernière Cène. La nuit me rapproche de Ma douleur et les ténèbres l’obscurcissent : c'est leur heure et Je me prépare à retourner auprès de Mon Père. Je viens néanmoins d’abord dire au revoir à Mes apôtres, saluer le monde. Mon Cœur se serre en vous laissant, en quittant la terre, et pour cette raison, pour ne pas vous rendre orphelins, sans Ma présence, Je viens vous laisser Mes dons sacrés.

Je vous laisse Mon amour qui ne s’éteindra jamais et vous accompagnera jusqu'au bout en me donnant Moi-même en nourriture dans l'Eucharistie. Je m'offre sur une Croix en vous donnant Ma Chair et Mon Sang en rançon, Je me fais pain pour vous, brisé sur tous les autels du monde. Je viens vous laver, vous plongeant en Moi ; vous êtes ainsi lavés de vos péchés, ce qui vous guérit et vous fait renaître à la grâce.

J'en donne un signe lors de la Dernière Cène en lavant les pieds des apôtres, signe de Mon service à l'amour pour purifier les hommes continuellement à travers l'histoire par le lavage de la Confession sacramentelle, dans laquelle ils sont constamment rendus purs, lavés dans Mon Sang, puisque c'est seulement dans la pureté qu'on peut s'approcher du Banquet Sacré pour me recevoir.

Et pour que ces dons se perpétuent en continuant Ma présence parmi vous, jusqu'à la fin des temps, Je vous ai donné en outre le don du sacerdoce. Je me suis éviscéré, Je vous ai tout donné, Je n'ai rien retenu pour Moi-même.

Ici, l'amour trahi ne trahit pas sa nature, il lui reste fidèle, afin qu’en lui vous puissiez toujours trouver refuge, consolation, soutien et votre propre sanctification, sans jamais vous sentir abandonnés.

Cet amour exige cependant que vous l'accueilliez, l'assimiliez en vous mettant au service comme Moi, en vous lavant les uns les autres - le pain qui se rompt pour l'offrir au monde, un amour qui tend la main à son frère et qui ne craint pas de se donner.

Comment y parviendrez-vous, si ce n’est avec humilité ? Comment peut-il y avoir un service saint s’il n’est pas exercé dans l’humilité ? Si Dieu descend de Ses hauteurs vers vous, se penche pour vous servir, pour vous laver, vous nourrir, vous aimer, combien pouvez-vous faire de plus, sinon en vous courbant, sans chercher votre propre affirmation, mais seulement en vous donnant. Alors vous pourrez vraiment aimer, faire signe de Ma présence dans le monde, d'un amour qui durera toujours.

Voici que la nuit approche et les ténèbres s'épaississent avec leur combat. Mon pas s'approche du jardin de la douleur et de tous les tourments, et comme Je le crains. Je resterai là, semblable à un navire qui seul est ballotté par les vagues impétueuses, qui devra naviguer pour vaincre la fureur des tempêtes des mers, les tempêtes déchaînées des vents, de tout mal, qui tenteront de le briser sur les rochers pour le faire fendre et détruire en me brisant ainsi : mais Je tiens le gouvernail droit et, malgré la fureur de la violence des monstres féroces des eaux, des démons qui y sont représentés et de l'enfer tout entier, Je les domine et les vainc pour atteindre le rivage du port de la victoire.

Ce fut une dure bataille, qui m'a coûté du sang et des larmes : J'ai souffert jusqu'aux entrailles, mais Mon amour a assumé et absorbé tout le mal en le surmontant. Ma lumière a attiré à elle et rassemblé les ténèbres, les dispersant. Et J’ai vaincu pour vous.

L’obscurité était impénétrable, le mal dur comme le roc : il n'y avait aucune lumière de consolation et de soutien, l'espoir s'éteignait à son horizon et J'ai souffert d'avoir été abandonné par tous. Qu'est-ce qui a vaincu, sinon l'amour de votre Seigneur et Sauveur ? Qui a vaincu tout cela ? L'amour a ouvert la porte de sortie.

Par contre, si alors J'ai combattu seul, aujourd'hui Je demande et recherche votre compagnie. Ensemble, nous devons encore combattre les ténèbres du péché de l'homme qui surgit continuellement et recouvre la terre, et qui donne du pouvoir au Diable, qui vous tourmente. Si vous restez près de Moi et vivez Mon amour, il fusionne avec vous et à nouveau, grâce à mon mérite, il se transforme en victoire renouvelée et vous anticipez toute résurrection, étant donné que l'amour triomphe au fil des siècles jusqu'à la fin des siècles, au-delà du temps et pour toujours.

Je vous bénis.

Message 5579 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis, Jeudi Saint, le 28 mars 2024

Chers enfants, votre victoire est dans l'Eucharistie. Approchez-vous du Banquet Divin et nourrissez-vous pour être forts spirituellement. Ne jetez pas les cadeaux que Mon Jésus vous a laissés. Des jours viendront où vous chercherez la Nourriture Précieuse [l’Eucharistie] et vous la trouverez dans peu d’endroits. Les grandes persécutions de l'Église de mon Jésus amèneront de nombreux consacrés à célébrer en secret. Je souffre à cause de ce qui vous arrive. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai à mon Fils Jésus. Quoi qu’il arrive, ne vous écartez pas de la vérité. Ceux qui resteront fidèles au véritable Magistère de l’Église de mon Jésus recevront la récompense des justes. Priez pour l’Église et prenez soin de vos prêtres avec amour. Tenez-leur la main et ne les laissez pas tomber dans l'abîme dans lequel Judas est tombé. Pour les consacrés et pour vous, le Ciel doit être le but principal. Allez de l’avant, sans crainte ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de la Vierge Marie à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 27 mars 2024

Message complet

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 26 mars 2024

"La trahison de Judas"

Ma petite Marie, l'Évangile vous présente la nuit de la trahison où Satan s'empare de Judas, qui vit depuis quelque temps dans sa haine contre Moi, dans la mesure où, selon lui, Je n'avais pas réalisé ses desseins. Ce dont il attendait la réalisation pour sa propre gloire à travers Moi ne s’était pas produit. Il me condamnera à mort en allant vers les loups pour qu'ils viennent me chercher, leur proie à tuer.

Judas pense que Je ne suis pas conscient de ses sombres intentions, mais justement pour lui tendre encore la main, afin qu'il sache que Je le suis, pour qu’il sache tout et qu'il puisse être sauvé, Je lui dis : "Ce que tu veux faire, fais-le vite." Et lui, malgré tout cela, n'hésite pas : il sort dans la nuit, sombre comme son cœur, pour me trahir.

Beaucoup disent que Judas n'est pas allé en enfer parce que Dieu pardonne à tout le monde, mais Je l'avais déjà condamné publiquement en affirmant qu’il aurait été mieux pour lui s'il n'était jamais né. Et quand peut-on prononcer une telle condamnation face à la vie donnée par le Père Très Saint, qui est une bénédiction, en proclamant qu'il aurait mieux valu qu'il ne naisse pas, sinon face à la perdition, quand on périt en enfer?

Judas a bénéficié de tant de biens et de grâces, de tant d’avantages : il a été témoin de prodiges et de miracles, il a été proche du Seigneur de l'histoire et de l'homme. Des grâces qui, si elles avait été accordées à d'autres, non seulement ils auraient été sauvés, mais ils seraient devenus des saints. Je l'ai gardé à côté de moi avec tant de soin. Il rentrait chez nous de ses nuits pécheresses, souillé de toute sorte de saleté charnelle et de vol. La puanteur de son âme m’atteignait. Pourtant, malgré son péché, Je l'attirais à Moi, Je l'ai entouré de tant de tendresse et d'amour, Je l'ai entouré d'une lumière nouvelle pour lui donner sagesse et éducation par rapport à son comportement, Je l'encourageais à se renouveler en faisant le bien, mais il n'a jamais voulu écouter. Je l'aurais quand même accueilli et pardonné, même face à sa trahison, s'il s'était repenti, s'il y avait eu une demande de pardon, mais il n'a jamais voulu, il avait une trop haute opinion de lui-même pour s'humilier, pensant trop à son estime et à sa valeur. Il vivait dans le culte de lui-même : mieux valait mourir que se soumettre. Sa volonté voulait vaincre la Volonté Divine.

La trahison de Judas a creusé, brûlant de son faux baiser, le sillon de ma joue. Il est venu avec l'apparence d'un ami, me remettant entre les mains des loups qui étaient impatients de me mettre en pièces. Où peut-il être, sinon dans un tourment éternel et aux côtés de tous ceux qui perpétuent sa trahison au fil des siècles ?

Les autres apôtres m'ont également renié, ils ont fui, ils m'ont abandonné, comme Pierre qui, malgré ses promesses, m'a répudié. Les autres se sont enfuis en me laissant seul, mais leur motivation, c’était la lâcheté humaine, c'était la peur, contrairement à Judas qui poursuivait ses objectifs maléfiques. Le cœur des apôtres gardait la bonté par laquelle est venue la repentance et avec elle la grâce retrouvée qui les a guéris.

Les Judas de tous les temps, qui comme lui ne se repentent pas, allument un feu qui brûle sur cette joue, qui creuse la chair à cause des trahisons qui se succèdent tout au long de l'histoire. Je suis trahi dans toutes les réalités sociales, mais les trahisons qui me font le plus d'offense et de douleur sont celles des personnes à qui les trésors divins ont été le plus donnés en cadeau, comme des joyaux de grâce. Au lieu de les mettre au service du Ciel, ils se les approprient à leur profit ; ils trahissent en utilisant ce qui est saint - les choses de Dieu et ils en abusent, ils se les approprient, les utilise pour leur propre gloire ; il s’agit particulièrement de ceux de Ma Maison, ceux qui sont proches de Moi et qui ont promis leur service à l'Église.

Pauvres insensés : ils ne savent pas que l'Éternel n'est pas trahi impunément, ils ne savent pas ce qui les attend. Voici, le Seigneur est patient avec eux dans Sa miséricorde et Son indulgence afin de leur donner une extension et le salut, mais beaucoup, comme Judas, ne veulent pas écouter et ne se repentent pas.

Je cherche des réparateurs pour la blessure de ma joue, ce qui est possible pour ceux qui opèrent dans un amour fidèle, avec les baisers de leurs prières, de leur service authentique, qui dans leur adoration et leur vérité ne peuvent que guérir Ma chair blessée - ceux qui font réparation pour la trahison même des plus hauts sièges de l'Église. Qu'ils ne deviennent pourtant pas des accusateurs, mais des guérisseurs. En accusant, on détruit davantage. En aimant, ils construisent et donnent la guérison, à la honte causée ils donnent l'amour pour la réparation et la gloire renouvelée.

Message de Notre-Dame de Zaro di Ischia reçu par Angela, le 26 mars 2024

Cet après-midi, la Vierge Marie s'est présentée comme Reine et Mère de tous les peuples. Elle portait une robe rose et un très grand manteau bleu-vert qui lui couvrait également la tête. Sur sa tête elle avait une couronne de douze étoiles brillantes. Sur sa poitrine, la Vierge Marie avait un cœur de chair couronné d'épines. Ses mains étaient jointes en prière ; elle tenait dans ses mains un long chapelet, blanc comme la lumière, qui atteignait presque ses pieds, qui étaient nus et reposaient sur le globe, enveloppé d'un grand nuage gris. La Vierge Marie avait le visage très triste et ses yeux étaient pleins de larmes. Une larme coulait sur son visage.

Loué soit Jésus-Christ.

"Chers enfants, je vous aime, je vous aime énormément.

Chers enfants bien-aimés, vivez cette Semaine Sainte avec moi dans l'attente et le silence, dans le recueillement, dans la prière.

Enfants, intensifiez votre prière, soyez des hommes et des femmes de prière. Que votre vie soit prière.

Les enfants, ce sont les temps que je vous ai prédits depuis longtemps, ce sont les temps d’épreuve et de douleur. Priez, mes enfants, priez beaucoup pour la paix, de plus en plus lointaine et menacée par les puissants de cette terre.

Mes enfants, mon cœur est déchiré par la douleur en voyant tant de mal, en voyant tant d'innocents mourir."

À ce moment-là, la Vierge Marie m'a demandé de prier avec elle. Pendant que je priais avec Maman, j'ai vu des scènes de guerre et de violence. Puis Maman a recommencé à parler.

"Mes enfants, n'ayez pas peur, je suis à vos côtés et je vous prends par la main. N'ayez pas peur de la croix, la croix édifie, la croix sauve. Jésus mon Fils est mort sur la Croix pour chacun de vous, il est mort par amour. C'est pourquoi je vous dis : "N'ayez pas peur."

Enfants bien-aimés, je vous prie de vous convertir ; convertissez-vous, mes enfants et revenez à Dieu. Seul Dieu sauve, ne vous fiez pas aux faux prophètes."

En concluant la Vierge a béni tout le monde. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Message de Notre-Dame de Zaro di Ischia reçu par Simona, le 26 mars 2024

J'ai vu Maman, elle était vêtue de blanc, avec une cape gris clair sur la tête qui couvrait également ses épaules et descendait jusqu'à ses pieds nus qui reposaient sur le monde. Maman avait les mains comme pour former une tasse et une petite flamme allumée entre elles.

Loué soit Jésus-Christ.

"Mes chers enfants, je vous aime et je vous remercie d'être accourus à mon appel. Mes enfants, soyez des flammes d'amour qui brûlent pour le Seigneur. Formez des cénacles de prière, mes enfants : que chaque maison sente la prière, soyez un cénacle, soyez de petites églises domestiques. Mes enfants, priez et apprenez à prier, que votre vie soit prière, aimez et apprenez à aimer. Souvenez-vous, mes enfants : « ils vous reconnaîtront à la façon dont vous vous aimez ». Enfants, aimer ne signifie pas dire oui à tout ce que le monde vous demande, mais cela signifie savoir discerner, cela veut dire mettre Dieu en premier, aimer veut dire se donner tout entier au Seigneur. Mes enfants, n'attendez pas d'être parfaits pour aimer le Seigneur, sinon vous ne l'aimerez jamais. Il vous aime tel que vous êtes, avec vos forces et vos défauts, cela ne signifie pas vous reposer sur vos propres erreurs mais essayer avec l’amour du Christ de grandir et de ne plus commettre les mêmes erreurs. Donnez votre vie au Christ, aimez-le et essayez d'imiter Son amour, cet amour par lequel Il a tout donné jusqu'au sacrifice extrême, Il a donné Sa vie pour chacun de vous afin de vous donner le salut, Il vous a aimés et vous aime d'un immense amour, Il s'est donné comme Pain vivant pour nourrir vos corps et vos âmes. Et vous, mes enfants, que faites-vous pour Lui, qu'offrez-vous ? Mes enfants, le Seigneur n'a pas besoin de grands gestes, Il vous aime : aimez-le, gardez-le, adorez-le. Mes enfants, aimez mon Jésus bien-aimé.

Maintenant, je vous donne ma sainte bénédiction.

Merci d'être accourus vers moi."

Message 5578 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 26 mars 2024

Chers enfants, faites entièrement confiance à la Puissance de Dieu et vous serez victorieux. Courage! Laissez le Seigneur diriger votre vie. Vous avez la liberté, mais la meilleure chose est de faire la Volonté de Dieu. Prenez soin de votre vie spirituelle. Approchez-vous du confessionnal et cherchez la miséricorde de mon Jésus. Vous ne pouvez pas obtenir la Miséricorde sans repentance et sans confession. Je suis votre Mère et je vous aime. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai à la victoire. Prière, pénitence et œuvres de charité : telles sont les pas à faire pour vous ouvrir aux grâces du Ciel. Je prierai mon Jésus pour vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de l'Enfant Jésus, Roi de Miséricorde à Manuela Strack, Sievernich (Allemagne), le 25 mars 2024

Extraits : 

[Jésus] : "Chers amis, votre pénitence et vos prières pour la paix aujourd’hui ont été très importantes ! Si les gens n’endurcissaient pas leur cœur et l'ouvraient à l’amour du Père éternel, la paix régnerait. Les Commandements du Père seraient respectés et aucun avortement ne se produirait. Comment voulez-vous maintenir la paix si vous sacrifiez vos enfants à l’esprit du temps (Zeitgeist)?"

[...]

"Ceux qui prient seront une bénédiction en cette période de tribulation. C’est ainsi que je regarde Mon Église, que J’aime de tout Mon Cœur. Je me trouve entièrement dans les sacrements de Ma Sainte Église. Je suis vivant en elle ! A travers Ma Sainte Église, vous serez sauvés si vous vivez dans la grâce sanctifiante ; Je vous demande donc vraiment de suivre le chemin de la conversion, car c'est le chemin de Mon amour, Mon amour infini. Regardez l'Eglise, elle me suit. En ce temps de tribulation, elle entre dans la Passion et sur le chemin du Golgotha. Regardez comme la confusion est grande dans le monde, tout comme elle l'était parmi Mon peuple à l'époque. Qui a la force et le courage de Me professer, de professer les Saintes Écritures ? Mon peuple a été tenté par Satan à l’époque, il s’est découragé et c’est la même chose aujourd’hui. C’est pourquoi Je leur crie : ayez courage, restez fermes et unissez-vous dans la foi fidèle, dans la foi de vos pères dans la foi !"

[...]

[Jésus prie la prière sacerdotale de Jean ch. 17 dans une langue que Manuela ne comprend pas - soit l'araméen, soit l'hébreu.] "Je suis le Grand Prêtre du Père Éternel, souvenez-vous de ceci ! Personne ne peut venir au Père si ce n’est par Moi ! Ceci est Ma prière sacerdotale. Je l'ai prié pour les Miens. Ainsi vous êtes Mes amis et protégés dans Mon amour. Ayez courage et n'ayez pas peur ! Le Père Éternel permet beaucoup de choses car cela sert à vous purifier. Sachez que vous vivez au temps de la tribulation. Mais cette tribulation est aussi pour Moi un temps de joie, car Je viens à vous et vous donne Ma grâce."

[...]

"Rappelez-vous, chers amis, que même ceux qui ne font pas le bien devront répondre devant le Père éternel. Je le répète : le Diable [Diabolos] est si fort dans votre pays parce qu'on négligé le bien ! Alors je suis heureux quand vous faites le bien, quand vous vous repentez, quand vous demandez réparation et vous mettez en prière ! Écoutez Ma parole et laissez-la pénétrer vos cœurs. Le temps du repentir est arrivé !"

Message complet (en allemand)

Message de la Vierge Marie à Marija Pavlovic-Lunetti (Medjugorje), le 25 mars 2024

Chers enfants! en ce temps de grâce, priez avec moi pour que le bien triomphe en vous et autour de vous. De façon particulière, petits enfants, priez en union avec Jésus sur son chemin de Croix. Déposez dans vos prières cette humanité qui erre sans Dieu et sans son amour. Soyez prière, soyez lumiere, soyez témoins auprès de tous ceux que vous rencontrez, petits enfants, afin que le Dieu de miséricorde vous fasse miséricorde. Merci d'avoir répondu à mon appel.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 24 mars (Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur)

"La Très Sainte Passion"

Ma petite Marie, vous célébrez la solennité des palmes, des palmes bénies : l'Évangile rappelle qu'elles dansaient devant Moi lors de Mon passage à Jérusalem, elles tombaient à Mes pieds. Les foules se réjouissaient en me louant. J'ai ressenti une grande joie en étant reconnu et accueilli par les hommes comme leur Seigneur. Mais Ma joie est courte. Les hommes sont tellement inconstants et incohérents, et ce seront ceux-là mêmes qui me louent qui décrèteront ensuite Ma condamnation.

Cet état spirituel se reproduit continuellement : tantôt la créature m'invoque et me loue, implore Mon aide dans le besoin, puis, tout de suite, elle retombe dans son péché, elle se retourne contre Moi en retournant à offenser son propre Seigneur.

Je suis venu aider l’homme dans sa faiblesse, le guérir de son déséquilibre en prenant sur Moi toute sa misère, son mal pour le laver et le guérir, en le recréant pour une vie nouvelle. Et comment, sinon en le plongeant dans Mon sang qui lave et dans Mes blessures qui redonnent la santé aux siennes ?

Dans la Parole de ce soir, vous retracez Ma Très Sainte Passion, Ma douleur indicible dans laquelle, en tant qu'homme, J'ai subi toute la tribulation. Pour ces souffrances, Je n'ai reçu ni consolation, ni pitié, ni miséricorde. Les créatures mêmes pour lesquelles Je donne ma vie n'ont aucune peine ni compassion pour Moi, ni actes de secours. Les gestes de partage à Mon égard ont été très rares.

Ils m'infligent toute sorte de tortures, jouissant de Ma douleur, Je suis tiré partout, tiré comme si Je n'étais pas vivant, mais une chose à piétiner et par laquelle on est dégoûté. Aucune infamie mensongère ne m'a été épargnée pour me condamner, tout comme Isaïe l'avait déjà prophétisé à Mon sujet : il n'est pas un morceau de chair qui ne soit frappé, déchiré et déchiqueté, Mes cheveux et Ma barbe sont arrachés, Mon visage tuméfié et défiguré, dévasté par les coups reçus. Je suis humilié, objets d’injures et d’outrages, abandonné par des amis et trahi. Je reste pour porter seul le poids de la rédemption de toute l'humanité.

Ma souffrance est un tourment pour Mon âme, qui voit et sent ce que les autres ne peuvent pas : le passé m'est présent, ce que Je vis aujourd'hui ainsi que l’avenir. J'entends le gémissement déchirant de Ma Mère qui crie vers Moi en esprit en contemplant son Fils tourmenté par une tempête d'attaques. Je vois ceux qui me suivront et qui, en me suivant, pour m'être fidèles, subiront aussi leur martyre. Je vois ceux qui me condamneront au cours des siècles qui, bien qu'appelés par Dieu à Son saint service, le trahiront ; comme les docteurs de la loi présents à mon supplice, ils en profiteront. Même s’ils en tireront profit, ils ne voudront pas être sauvés : Je vois déjà l'abîme dans lequel ils tomberont, mais Je souffre également toutes les douleurs pour donner à chacun la chance de se racheter. Des démons se présentent qui, sous leurs diverses formes, grincent des dents et se moquent de Moi, ils m’injurient en pensant m'avoir définitivement détruit : ils ne savent pas que c'est précisément à travers cette Passion que Je leur donne la rédemption et la victoire.

Malgré toute cette fureur qui s'abat sur Moi, Je demeure dans l’abandon envers Mon Père. Je sais que cette Croix et cette souffrance sont le travail [d'enfantement] nécessaire à la naissance de la vie éternelle de l'homme, et Je l'accueille en témoignant d'un amour qui surmonte tout reniement, tout manque d'amour, toute froideur et toute méchanceté. J'aime afin d’aimer le Père Très Saint et de faire réparation à Son amour trahi et d’aimer les hommes d'un amour qui vient les revêtir : les enfants de l'homme qui ne savent pas aimer, et J'aime pour eux, afin de leur donner Mon amour. Ce sont les mêmes qui demandent de la miséricorde, mais qui n’en ont pas pour Moi. C'est Moi qui les enveloppe de Ma divine miséricorde.

Ma Très Sainte Passion est le trésor inépuisable pour acquérir un tel amour et pour ressusciter. Elle est toujours rédemptrice, curative et salvatrice. Elle n'est pas limité à cette époque-là : elle fonctionne constamment. Méditez sur Mes saintes douleurs, Mon œuvre très sainte dans Ma Sainte Passion, Ma crucifixion et Ma mort. Sa contemplation vous soigne, vous guérit, vous libère des péchés, vainc les démons, vous rachète pour une nouvelle vie. Si le peuple la méditait toujours, de combien de malheurs, de maladies et de souffrances vous seriez exemptés.

Vous aussi, Mes enfants, vous êtes appelés à vivre votre passion, chacun sa petite part, à sa place. Moi seul, J'en ai vécu l'intégralité. Il y a ceux qui la vivent dans l'extrême solitude et dans le tourment de l'âme, une goutte Mon Gethsémani, ceux qui la vivent dans la trahison et dans la lutte contre le malin et les injustes, dans toute démarche de défense de la justice, ceux qui subissent la flagellation pour réparer les péchés en donnant pureté et chasteté à la chair, ceux qui sont transpercés dans l'esprit pour protéger la vérité, crucifiés pour donner le salut à leurs frères et sœurs. Comment pourrez-vous le faire, sinon en aimant et en contemplant Mes douleurs, Ma Très Sainte Passion ? Voici le chemin : ce n'est qu’en passant par la Passion que vous en vivrez et qu’il y aura la Résurrection.

Je vous bénis.

Message de la Vierge Marie à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 23 mars 2024

Message complet

Message 5577 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 23 mars 2024

Chers enfants, encouragez-vous les uns les autres et témoignez que vous appartenez au Seigneur. Éloignez-vous du monde et vivez tournés vers le Paradis pour lequel seul vous avez été créés. Restez ferme dans la défense de la vérité. Vous serez persécutés et jetés dehors, mais ne permettez pas aux traîtres à la foi de gagner. Je suis votre Mère des Douleurs et je souffre à cause de ce qui vous arrive. Priez. Agenouillez-vous en prière devant la Croix, car c'est seulement ainsi que vous pourrez comprendre les plans de Dieu pour votre vie. Ne perdez pas votre espérance. Mon Jésus est très proche de vous. Quoi qu’il arrive, restez fermes sur le chemin que je vous ai montré au fil de ces années. Je connais vos besoins et je prierai mon Jésus pour vous. Courage! Après toute la douleur, une grande joie viendra pour vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 22 mars 2024

"Les combattants de Dieu" (Lectures : Jérémie 20, 10-13, Ps 17, Jn 10, 31-42)

Ma petite Marie, dans la première lecture de ce soir, ils essaient d'attaquer Jérémie, ils le torturent de toutes les manières, ils essaient d'étouffer sa voix, de l'éliminer pour bloquer son parcours divin qui est un appel de Dieu, mais Jérémie persiste, plein de confiance en son Créateur. Il n'abandonne pas et avance car il sait que Celui qui l'envoie en mission est un guerrier vaillant, un combattant glorieux qui marche devant lui et le soutient et qui ne le fera pas perdre, bien au contraire. Ce seront ceux qui le persécuteront dans leur méchanceté qui seront confus dans leurs intentions perverses à son égard : leur honte s'imprimera sur leurs visages dans l'éternité.

C'est ce qui m'arrive aussi dans l'Évangile. Ils veulent même me lapider. Pourtant, Mes œuvres sont saintes, elles témoignent de la substance de Ma Personne qui est sainte, dans laquelle Je montre concrètement Ma dérivation divine, mais ceux qui s'opposent à Moi ont des préjugés contre Moi, étant donné que Je confirme que Je suis aussi Dieu et, malgré le fait que Je témoigne de la vérité, ils ne m'acceptent pas, ils me persécutent et veulent me tuer. Est-ce que tout cela peut m'arrêter ? Non, Mon heure n'est pas encore venue et J'avance afin de pouvoir accomplir Mon projet de salut, confiant que le Père Très Saint Père ne pourra pas m'abandonner, et puisque c’est Lui le vainqueur, mon travail ne pourra qu’être accompli et victorieux. Qui alors sera confus ? Ceux qui veulent me frapper dans leur mauvaise conscience, dans leur intention malveillante : les persécuteurs. Et comme déjà avec Jérémie, ils seront confondus éternellement et leur condamnation deviendra visible comme leur réprobation pour toujours.

Vous aussi, Mes enfants, face à vos bonnes œuvres qui donnent témoignage du fait que vous suivez Dieu, vous serez scrutés par l'ennemi et par ceux qui lui appartiennent. Ils chercheront à vous attaquer et à vous arrêter, à vous blesser et à vous anéantir, mais vous devez persister. N'ayez pas peur, ne vous inquiétez pas de ce qu'ils disent de vous, de la manière dont ils vous jugent ou vous condamnent : les œuvres que vous faites parlent de vous, elles sont l'expression de votre bonté. Allez donc tout droit sans tourner à gauche ni à droite, afin de continuer sur le chemin que le Père Très Saint vous a tracé pour Sa gloire et votre salut. Allez en ayant confiance en Lui, en vous abandonnant à Lui, confiant en Sa puissance, car Il est le général d'une armée qu’Il guide et qui est à Ses ordres : une armée sans limites dans les Cieux et une armée terrestre qui Lui est encore fidèle, dont Il prend soin et qu’Il encourage à avancer en le suivant, sans l'abandonner et sans jamais le laisser seul dans le combat contre l'ennemi.

Vous vivez, Mes enfants, des temps de lutte qui deviendront de plus en plus ouverts et forts. C'est une lutte dans les esprits qui luttent pour affirmer leur propre réalité, pour propager leur propre royaume en essayant d’abattre l'autre. Les démons se déchaînent contre les hommes, mais si vous êtes avec Dieu, et puisque Dieu ne peut être vaincu, vous aussi serez victorieux des démons. Faites-vous Ses soldats courageux qui Lui apporteront le triomphe, les vaillants qui brilleront plus tard comme le soleil dans le royaume où ils arriveront grâce aux mérites acquis dans les conquêtes, dans leurs combats terrestres, affrontés avec foi, avec courage et amour pour leur Seigneur.

Je vous bénis.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 20 mars 2024

"L'idolâtrie" (Lectures : Dn 3, 14-20.91-92.95 (Sidrac, Misac et Abdénago dans la fournaise), Jn 8, 31-42)

Ma petite Marie, « la vérité vous rend libres », dit l'Évangile, et la vérité, c’est Dieu, qui veut que Ses enfants soient libres. Ils peuvent l’être en s'unissant à Lui, en suivant et en vivant sa Sainte Parole et Ses commandements divins qui sont donnés et faits par Dieu, précisément pour l'homme, pour le libérer de son idolâtrie par laquelle il se prosterne devant le Diable.

Dieu ne peut pas vous lier/ligoter. Ce qui vient de Lui est pour votre bien, dans la mesure où Il possède déjà tout. Il n’a pas besoin de l’homme, mais Il veut le remplir de Lui-même, de Ses richesses et de Ses trésors éternels, et Il ne peut le faire que si la créature se libère des idoles qui l’occupent et l’asservissent.

Dans l'enseignement divin qui vous est donné, vous recevez la vérité, la clarté de la lumière qui éclaire votre chemin vers toute justice, contrairement aux idoles que les gens poursuivent, qui sont fausses et menteuses. En les assimilant vous devenez comme elles en absorbant leur nature mesquine : elles vous soumettant et font de vous des esclaves. Quand on finit par être soumis à leur désir, on finit par être incapable de vivre sans elles, incapables de s'en priver et de se détacher, prisonniers, à leur service, écrasés et esclaves de leur domination au point de perdre le pouvoir de décider pour soi-même et de perdre la ressemblance même de l'image de Dieu, qui vous a créés, pour prendre la leur, celle des idoles, infusée en vous - fausse et mauvaise, malveillante et source de division.

L'idolâtrie vous enchaîne, elle vous attache à de lourdes chaînes, à des cordes dures et à des fardeaux qui vous écrasent. Vous pensez être libres, mais le fait même de ne pas pouvoir vous en priver, la souffrance que vous ressentez si vous y renoncez, mettent en évidence votre dépendance.

L'idolâtrie existe sous ses diverses formes : l'idolâtrie de soi-même, de son ego et tout culte de la vanité et de la gloire de soi qui réclame les applaudissements des autres. Idolâtrie dans la poursuite de la chair et dans la faim de toute luxure. Ou l’ambition et sa quête du pouvoir. Dans les différentes formes de dépendance qui s’expriment dans le hasard, la drogue, l’alcool, la nourriture, l’attachement aux choses et à la richesse. Tout devient idolâtrie. Et que l’homme ne fait-il pas pour les rechercher et les prendre dans son propre désir avide, pour l’apaisement de sa faim et pour être rassasié ? Mais on n’est jamais rassasié dans un cercle vicieux sans relâche.

L'idolâtrie se cache souvent dans ce qui semble plus légitime et moins grave parce qu'elle se revêt de bonté, dans les affections lorsqu'elles deviennent morbides, lorsque celles-ci dépassent l'amour de Dieu, quand elles occupent le cœur au point d'effacer Sa présence. Lorsque l'affection est élevée sur un podium et célébrée continuellement, lorsqu'elle est considérée comme une possession, tout cela devient une idole qui fait obstacle au processus d'union avec Dieu, à la vraie foi, à l'ascèse qui mène à la sainteté et au dessein que le Seigneur a pour vous.

Tout ce qui va à l'encontre des commandements divins, qui les transgresse, qui omet l'Évangile devient idolâtre : la gloire est ôtée au seul vrai Dieu pour la donner à ce qui est éphémère, transitoire et fallacieux.

Chaque fois que vous choisissez le péché, vous avez suivi l’idole de vos désirs qui sont contraires à la volonté divine. Péché qui vous accable de ses fardeaux, qui vous tient dans ses nœuds pour vous arrêter et vous empêcher de voler haut, mais qui vous fait plutôt chuter. La première lecture avec les trois jeunes hommes [Sidrac, Misac et Abdénago] l'explique bien : pour ne pas offenser le Père Créateur en se prosternant devant les idoles du roi, ils se laissent plutôt plonger dans la fournaise ardente pour être brûlés. Cependant, le Père Très Saint répond par Son aide et récompense leur fidélité en envoyant un ange dans les flammes qui les préserve : les flammes ne les touchent pas et le roi est étonné et admiratif en voyant un tel prodige, restant édifié par leur foi qui a vaincu la mort. Combien plus cela vous arrivera-t-il, mes enfants, si vous ne vous agenouillez pas devant le totem de l'ennemi, ses fétiches déguisés, ses illusions et ses tromperies, en demeurant dans Sa vérité, dans Son adoration, dans laquelle Il vous abritera des flammes du mal ici sur terre, comme de celles des enfers ?

Ce qu'est l'idolâtrie est bien exprimé dans l'Évangile en présentant les pharisiens qui vivaient dans le culte de leur propre descendance, se revêtant de l'honneur de leur filiation d'Abraham, sans comprendre que ce n'est pas seulement le droit à la descendance qui élève à la filiation de Dieu, mais l'accomplissement de Sa parole, incarnée dans la vie.

On n’augmente pas la valeur de sa propre personne par le droit d'héritage naturel avec la présomption des dons reçus, mais la valeur est accordée à ceux qui, par leurs mérites acquis et partagés, peuvent acquérir des ailes et devenir la progéniture divine. Et qui sont-ils ? Ce sont ceux qui adorent l’unique, le seul, le vrai Dieu qui doit être adoré.

Je vous bénis.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 19 mars 2024, Fête de St Joseph

"La paternité de Joseph" (Lectures : 2 Sam. 7, 4-16, Ps 88, Rom 4, 13-22, Mt 1, 16-24)

Ma petite Marie, vous célébrez Saint Joseph et en lui la paternité, qui a été admirablement vécue par Joseph. Sa paternité terrestre était le reflet de la paternité divine. Voici, le Très Saint Créateur est Père de votre création, dans laquelle Il vous a donné la vie et vous soutient pour votre subsistance, mais il y a ceux qui deviennent pères non pas par une descendance directe du sang, mais par la grâce, comme indiqué dans la deuxième lecture. C'est par la foi que [Dieu] a accordé à Abraham la paternité sur des multitudes de générations. La même chose s'est également exprimée chez les prophètes et les saints qui ont accédé par la foi à la paternité spirituelle, dont de nombreuses personnes sont devenues la descendance.

Combien plus ce projet s’est-il réalisé en Saint Joseph, car ce n’est pas par le sang, mais par la grâce donnée par l'Éternel, qu’il a vécu son extraordinaire paternité envers le fils de Dieu, en y participant de manière sainte, même si un mystère insondable s’est rendu visible devant lui dans la maternité divine de Marie, qu’il a d'abord confronté dans un grand combat spirituel où Dieu est venu à son aide avec la vision de l'ange qui lui a révélé le projet de l'incarnation. Et devant la volonté suprême du Très-Haut, Joseph ne s’est pas reculé, il s’est mis pleinement au service de la tâche qui lui était confiée, même si l'engagement était ardu : quelle responsabilité était-ce de s’appliquer aux soins, à la protection, au soutien de la Très Sainte Mère, son épouse, et d’un Fils divin.

Qu’est-ce que Joseph n’affrontera pas - quelles difficultés et quelles persécutions ? Il s'est mis à me défendre et me protéger au péril de sa vie. Dans sa grande pauvreté, que n'a-t-il pas fait pour subvenir à Mes besoins et à ceux de Ma Mère, se privant de nourriture pour pouvoir nous nourrir. Avec quel dévouement il accomplissait son travail : il était diligent et appliqué, et quelle était la valeur de sa production. Tout en étant pourtant si mal payé et exploité.

Joseph, le seul que le Très Saint-Père a voulu et permis d’être au lieu de Ma naissance et dans les bras duquel J'ai été accueilli après Ma Mère. C'est lui qui m'incarne dans son amour pour Moi, vraiment paternel : il me considère comme son fils et Je le suis. Il m'initie à l'art de la menuiserie avec tant de prudence et de diligence. C'est lui qui, le soir, avant de me faire reposer dans ses bras, m'enseigne les Saintes Écritures et chante les louanges du Très-Haut.

Que n’a-t-il fait par générosité en aidant les pauvres ?

Joseph contenait en lui le résumé de toutes les vertus.

Il a toujours été à Mes côtés, Mon gardien, m'accompagnant jusqu'à l'âge adulte où, après avoir accompli sa tâche, frappé par la maladie, il s'est encore offert au Père Très Saint pour me soutenir dans Mon œuvre de rédemption. Et je n'entrerai pas dans la vie publique tant que Joseph aura encore besoin de moi. Je serai alors à ses côtés, prenant soin de lui et l'assistant même dans ses besoins personnels primaires, étant au service de sa pauvre humanité infirme, également pour l’assister en tenant compte de la pudeur que Ma Très Sainte Mère devait préserver.

A qui le dernier baiser, après avoir salué sa sainte épouse, à qui le dernier soupir dans Mes bras, sinon à Moi ? Quel a été son soupir, sinon : "Mon fils" ? Aucun père n'a aimé un fils comme Joseph m'a aimé, non seulement dans Mon humanité, mais surtout divinement. Et aucun fils n’a aimé un père humain comme J’ai aimé Joseph.

Allez vers lui, consacrez-vous à son cœur bon, saint et juste. Et tout comme il a pris soin de la Sainte Famille, il prendra soin de vous, il ne vous abandonnera pas, il sera prévoyant dans vos difficultés, il rendra vos épreuves moins pesantes, il vous aidera et vous soutiendra sur votre chemin difficile. Il sera votre père et vous protégera sous son manteau.

Joseph est un homme de peu de mots mais ses pensées sont toujours élevées vers Dieu, son cœur aime intensément, ses mains sont toujours à l'œuvre pour aider. Donnez-vous à lui et vous ne serez pas perdus. Si tous les pères se consacraient à Joseph, ils recevraient l'équilibre, la sagesse et le dévouement qu'il a vécus en offrant une expérience d'amour qui portera du fruit chez les enfants.

Au Ciel, Joseph, dans sa profonde humilité, se retire encore presque à l’arrière-plan, mais le Seigneur Dieu rappelle toujours son triomphe. Je suis le Fils de Mon Père céleste, mais dans Mon cœur Joseph est aussi Mon père dans Mon humanité. Sur les bienheureux qui sur la terre l'ont honoré et lui ont été dévoués, il répand joyeusement toute sa tendresse.

Je vous bénis.

Message 5576 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), à l'occasion de la fête de Saint Joseph, le 19 mars 2024

Chers enfants, je vous invite à imiter Joseph avec son exemple de foi et de confiance dans le Seigneur. Sachez que sa vie de foi est un grand exemple pour l’humanité. Mon Seigneur l'a choisi pour une noble mission et il est resté fidèle à ce que le Seigneur lui a confié. Son cœur plein d'amour et de charité attirait tout le monde. Homme de silence et de prière, il a vécu pour servir le Seigneur et son prochain. Lorsque nous étions en Égypte, en arrivant à Assiout, nous avons rencontré Karim et sa femme Danubia. Karim était un ami d'enfance de Joseph et de ses parents. À Assiout, Karim travaillait en cultivant de l’orge, des dattes et des oignons. Les larmes aux yeux, Karim a serré José dans ses bras et nous a accueillis chez lui pendant six mois. Son épouse, une femme de grandes vertus, était aveugle d'un œil et lorsqu'elle a regardé Jésus dans mes bras, elle a commencé à voir. Joseph leur a dit que Jésus était là, le Sauveur promis et annoncé par les prophètes. Ce furent des moments d’immense joie pour cette famille. Joseph a orienté [Karim] au sujet de sa plantation d'orge et lui a conseillé de produire d'autres fruits. Cette immense vallée au bord du Nil était une terre fertile. Pendant notre séjour, Joseph a construit trois bateaux pour aider Karim à transporter sa production. Joseph a également aidé les jeunes à fabriquer des briques pour gagner leur vie. Dieu a choisi Joseph et lui a confié des dons extraordinaires. Joseph était fidèle aux talents qu'il avait reçus du Seigneur. Je vous demande, suivant l’exemple de Joseph, d'être pleinement de Dieu. Ne laissez pas les choses du monde vous éloigner du chemin de la sainteté. Ouvrez vos cœurs et laissez le Seigneur vous transformer. Le Ciel doit toujours être votre objectif. Allez de l’avant ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de St Michel Archange et Ste Jeanne d'Arc à Manuela Strack, Sievernich (Allemagne), le 19 mars 2024

Extraits :

St Michel Archange : "[...] Voici que ma parole est une consigne de la part du Seigneur et je vous parle. L'Église considère ceci comme une révélation privée et l'homme peut l'accepter ou non. Même la Vierge Marie, la Mère de Dieu, a dû donner son 'fiat' au plan du Père éternel. C'est pourquoi elle s'incline devant le libre arbitre de l'homme, car c’est un don du Père éternel. Et puisque c'est la Vierge Marie qui t'a parlé, elle t'a fait don de sa recommandation, de son conseil. Mais sans jamais te dire que tu devais faire quelque chose. Car le Seigneur veut que vous LE trouviez par amour, dans la liberté. Que vous priiez par amour, que vous lisiez les Saintes Écritures par amour. Que vous viviez dans la grâce sanctifiante, voilà ce qu'Il vous recommande, chers amis, chers amis intimes ! La grâce sanctifiante : que vous viviez dans les sacrements de la Sainte Eglise, dans laquelle le Seigneur est vivant. Le Seigneur vit dans Ses saints sacrements, dans Son Église ! Il est vivant dans Ses sacrements, comprenez-le ! Et ainsi, toutes les religions ne peuvent pas être égales. Le Seigneur est pourtant mort pour vous sur la Croix ! Il est votre Rédempteur et Il a versé Son Précieux Sang pour vous. Il a racheté vos âmes de Satan et du monde.[...]

Sainte Jeanne d'Arc : "Chère fleur de lys rouge, tu n'as pas d’obligation envers le courant des hommes. Tu es redevable à la vérité, à Jésus-Christ, ton Seigneur ! IL est la Vérité et la Vie en abondance et IL aime de tout son cœur ! IL aime de toute éternité et parfaitement, et vous aussi, vous devez l'aimer de tout votre cœur. Pas dans le sentiment amoureux et éphémère d'un coup de vent, car le sentiment amoureux vient de l'homme. Que cela soit opportun ou inopportun, et même s’il te contrarie, tu es redevable à la vérité, à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ! [...] N'écoute pas tout ce que le monde te dit, ne suis pas le courant des hommes, car ils peuvent se tromper. Tiens-toi à l'Écriture Sainte, à l'enseignement de l'Église ! Tiens-toi au message d'amour que tu as reçu ici, en ce lieu. Ce message peut être accepté ou rejeté par les hommes. Dieu aime les hommes, rappelle-toi toujours de cela ! Prie en particulier pour la paix dans le monde, qui est si menacée, et prie pour l'Église catholique ! Auprès du trône de Dieu, les saints prient pour vous, pensez-y toujours. Restez dans l'amour de Dieu !"

Message complet (en allemand)

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 18 mars 2024

"La femme" (Lectures : Daniel 13, 41c-62 (Suzanne), Ps 22, Jn 8, 1-11)

Ma petite Marie, on ne se rend même pas compte de beaucoup de péchés qui sont commis par beaucoup de personnes, mais à mesure que leur chemin spirituel progresse dans la lumière, ils peuvent alors les confesser.

Ici, la Parole de ce soir met en lumière la situation vécue par la femme au fil des siècles, depuis l'aube de la création. Non seulement en raison du péché originel, ayant désobéi en première et payé son tribut d'expiation, mais aussi par la prévarication [Italien prevaricazione = manquement grave, abus de pouvoir, malversation...] de l'homme qui, étant placé comme roi de la terre, par sa position privilégiée et par sa force physique, a réprimé et fait plier la femme, la soumettant et l'écrasant par son pouvoir en l’asservissant, afin de servir ses besoins et son plaisir.

Tout au long de l’histoire, elle a été écrasée, vilipendée, maltraitée, violée, battue, humiliée et tuée. Elle, la mère, qui a donné et donne vie aux créatures [personnes] et aux hommes, ses propres enfants, a été déchirée par le mâle par mille abus et injustices. La première lecture le décrit avec Suzanne qui est accusée, innocemment, d'être adultère, mais pour avoir refusé de vieux juges pécheurs et lubriques, elle est condamnée à mort. Suzanne se réfugie en se tournant vers Dieu, elle cherche sa défense en l’implorant par son invocation. Le Père Très Saint, qui entend son cri, vient à sa rencontre à travers le jeune Daniel qui prophétise publiquement son innocence et démasque l'action mensongère des juges pervers, qui révèlent dans cette dernière mauvaise intention contre Suzanne tout leur passé - un passé d'abus et d'injustice envers d'autres femmes qui, par peur de leurs représailles et de leur pouvoir, couchaient avec eux. Une condition d’oppression qui pèse sur les épaules des femmes à tout moment, y compris au sein de la famille. Mais que fait le Seigneur ? Il vient au secours de Susanna et renverse [le jugement] par Sa vérité et Sa justice, qui retombent sur les mauvais juges en les condamnant définitivement.

C’est Moi qui arrive ensuite dans l'Évangile et en arrivant, Je viens donner la rédemption à la femme, Je l'élève de son niveau d'infériorité dans lequel elle est soumise et discriminée, révélant dans mon attitude envers elle que devant Dieu les genres de l’être humain sont sur un plan égal. Le Très Saint Créateur ne fait aucune distinction de supériorité d’une personne envers une autre. Chaque personne, dans son être et sa diversité, est précieuse et complémentaire, mais non inférieure [à une autre].

Voici qu’on m'amène une femme adultère prise en flagrant délit et ils veulent la lapider selon les prescriptions de la Loi pour le péché commis, mais Je rappelle à chacun son péché. Ayant commis la même iniquité, l'homme était toujours justifié et exempté de toute condamnation, contrairement à la femme pour qui le prix de réparation était la mort. Dieu veut que vous soyez libres et non esclaves les uns des autres. Et puisque c'est la femme qui, massivement, en très grand nombre paie et a payé un prix amer tribut, une facture de tribulations uniquement parce qu'elle est féminine, Dieu souligne que ce qui fait honte à l'être humain, c'est le péché, le mal commis qui offense dans la même mesure, que la balance du jugement divin porte le poids de tous de manière égale. Qu'est-ce que je dis à la femme ? Est-ce que Je la condamne ? Non, Je lui dis : "Va et ne pèche plus." Je l'élève à sa dignité nouvelle de fille du Père, à sa grâce retrouvée.

Même à votre époque, au cours du vaste et long cheminement de la terre, le sang des femmes mouille le sol, le sang de la vie donnée, le sang des larmes de ses soins, le sang des personnes qui sont accusées de manière répétée et tuées dans leur corps et leur intimité. Pourquoi cela arrive-t-il? Le Diable hait la femme, il voit imprimé en elle la naissance de la vie qui la rend plus semblable à la puissance créatrice de Dieu. Elle perpétue l'espèce, la progéniture des créatures que le Diable hait. Il voit dans leur image, même dans la plus perfide et la plus malsaine de toutes les prostitutions, la figure de Marie, il voit les traits de la Madone, la femme qui l'a vaincue et qui le bat, qui lui écrase la tête, et en frappant et tuant la femme il veut la tuer - la Très Sainte Mère.

Comment faire pour qu’elles ne soient plus battues et déchirées, emprisonnées et violées de cette manière ? Comme Suzanne, elles doivent commencer à prier, invoquer Dieu pour demander Son aide et Sa défense et, comme J’indique, ne plus pécher. Le péché les met entre les mains du Diable et lui donne le pouvoir de dominer d’autres femmes. En vivant dans l'état de grâce, le Saint-Père les enveloppe de Sa protection et de Ses soins, les entoure de Sa protection. Placé dans le refuge de Son amour, Il déploie Sa puissance sur [en faveur de] Ses filles.

Que trouverez-vous au Ciel, sinon des myriades et des myriades de créatures féminines, de femmes qui conservent les traits de leur amour généreux qui a engendré et préservé l'humanité par leur sacrifice, et qui, par l’offrande de leur oblation, les a rendues si semblables à Mon Divin Cœur ?

Je vous bénis.

Message de St Michel Archange à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 18 mars 2024

Message complet

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 17 mars 2024

"La glorification par la croix" (Lectures : Jérémie 31, 31-34, Ps 50, Héb 5, 7-9, Jn 12, 20-33)

Ma petite Marie, dans l'Évangile de ce soir, les Grecs s'interrogent à Mon sujet, ils demandent de pouvoir connaître Jésus. Ils ont entendu parler de Moi, de Mes miracles, et ils demandent à Mes apôtres de pouvoir me rencontrer. Ils me recherchent par curiosité, pour pouvoir voir des choses extraordinaires de Ma part, mais Je ne reste pas passif face à cette demande, malgré leurs motivations humaines. Comme Dieu le fait toujours, Je me rends disponible dans chaque situation pour démontrer l'œuvre divine, l'œuvre de salut qui veut se révéler et s’étendre à eux aussi.

Je ne suis pas venu pour donner de la visibilité à Ma Personne ni à Mon pouvoir en quête d'une reconnaissance humaine, mais pour donner le salut à l'homme. Je suis venu pour me donner, en offrant Ma vie sur une croix. Je suis comme la graine que l'Évangile vous décrit et qui ne pourra faire croître la plante avec ses fruits que si elle pourrit dans la terre et meurt. Seule l’oblation de la Croix a réalisé Ma donation suprême dans son acte d'amour sublime de glorification au Père Très Saint, qui est amour. Et quelle preuve pourrait Lui être donnée, sinon l’offrande de l'amour suprême de Ma vie, dans laquelle, y compris dans son sacrifice, la glorification de Mon œuvre est donnée à toute l'humanité.

Mes enfants, vous êtes également appelés à faire de votre vie un don par votre croix, la croix que le Père Très Saint vous a donnée et qui n'est pas une condamnation, mais la possibilité de votre salut. Vous aussi, si vous ne devenez pas des graines qui meurent en terre, vous ne porterez aucune récolte. Une vie qui nie la croix se replie sur elle-même, c'est une existence dispersée qui perd son sens.

Dans la croix acceptée et vécue, vous donnez votre gloire suprême au Père Très Saint, vous offrez de la gloire à votre éternité et de la glorification à d’autres frères et sœurs. Dans la croix donnée par amour, rien ne se perd et le bien de tous s’agrandit. Mais comment l’accueillir, comment l’aimer, comment faire d’elle un don d’amour ? En me connaissant, Mes enfants. Quand tu apprends à me connaître, alors tu m'aimes, et en Moi tu aimes Ma Croix, puisque Je suis le Crucifié, et en Moi tu aimeras la tienne. Vous pourrez me connaître dans la prière, dans l'adoration, dans la méditation de Mes douleurs, dans la Parole Sainte méditée. Dans ces réalités, Je vous parle et me transmets, Je me fais connaître et Je vous comble de foi en Moi, de Mon ardeur, de Ma force, de Ma lumière, de Ma constance et de Ma patience, pour que vous ne portiez pas [votre croix] avec des reproches, de mauvaise humeur, avec des plaintes, ou avec colère et rébellion, mais avec abandon.

Être avec le Christ, avec le Christ crucifié, c'est la paix, cela vous donnera la paix. Quel est le noyau du christianisme ? Qu'est-ce que le christianisme, sinon la Croix ? C'est seulement en elle que vous témoignerez que vous m'aimez, et cet amour en vous donnera naissance à des enfants retrouvés qui renaissent du péché dans la grâce et pour le Ciel.

Je vous bénis.

Message de St Michel Archange à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 18 mars 2024

Message complet

Message 5575 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis, à Macapá, Amapá, Brésil, le 17 mars 2024

Chers enfants, je suis votre Mère et je suis venue du Ciel pour vous conduire vers Celui qui est votre unique et vrai Sauveur. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai sur le chemin de la sainteté. Éloignez-vous du monde et vivez tournés vers les choses du Ciel. Écoutez-Moi. Vous êtes de lumière et si vous restez fidèles à Jésus, aucun mal ne vous atteindra. Consacrez une partie de votre temps à la prière. Ne jetez pas les trésors de Dieu qui sont en vous. Vous vivez à l’époque de la grande bataille spirituelle. Les armes que je vous offre pour le grand combat sont : le Saint Rosaire, la Sainte Écriture, la Confession, l'Eucharistie, la fidélité au véritable Magistère de l'Église de mon Jésus et la Consécration à mon Cœur Immaculé. Soyez dociles à Mon Appel. Je promets d'aider mes dévots qui resteront fidèles jusqu'à la fin. Quoi qu’il arrive, ne reculez pas. Des temps difficiles viendront pour vous, mais je serai à vos côtés et je vous accorderai la grâce de la victoire. Courage! Quand tout semble perdu, appelez Jésus. En Lui se trouvent votre véritable libération et votre salut. En ce moment, je fais tomber sur vous une extraordinaire pluie de grâces du Ciel. Allez de l’avant ! Ne laissez pas le bourbier de fausses doctrines vous éloigner de la vérité. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message 5574 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 16 mars 2024

Chers enfants, je connais chacun de vous par votre nom et je suis venue du Ciel pour vous dire que vous êtes importants pour la réalisation de mes plans. Écoutez-moi. Vous avez la liberté, mais ne laissez pas votre liberté vous séparer de mon Fils Jésus. Ayez du courage, de la foi et de l'espérance. Ne vous écartez pas de la vérité. Accueillez l'Évangile de mon Jésus, car c'est seulement ainsi que vous pourrez contribuer au Triomphe définitif de mon Cœur Immaculé. L’humanité boira la coupe amère de la souffrance parce qu’elle a mis la créature à la place du Créateur. Soyez attentifs afin de ne pas être trompés. En Dieu, il n’y a pas de demi-vérité. Vous vous dirigez vers un avenir de grand esclavage. La douleur sera grande pour les hommes et les femmes de foi. Cherchez la force dans la prière et dans l’Eucharistie. Votre victoire est dans le Seigneur. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 15 mars 2024

Message complet 

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 15 mars 2024

"Qui connaît le Seigneur ?" (Lectures : Sagesse 1a. 12-22 "Condamnons le juste à une mort infâme", Ps. 33, Jn 1-2.10.14.25-30)

Ma petite Marie, dans l'Évangile de ce soir, les hommes de Jérusalem, stupéfaits et émerveillés par Mon enseignement, par une parole qui s'élève, discutent de Moi, au point de dire : "Cependant, il ne peut pas être le Messie, le Christ, car nous le connaissons. Nous savons d'où il vient, quelles sont ses origines et son humble provenance, alors qu’on ne sait pas d’où viendra celui qu’on attend." Ils attendent celui qui vient au nom du Seigneur et porte son signe dans des choses extraordinaires, inaccessibles, qui ne peut avoir une pauvre origine humaine. Ils pensent savoir qui Je suis - juste un pauvre fils du peuple, et c'est pour cette raison qu'ils me méprisent et me persécutent. Ils entendent de Ma part une parole élevée qui dépasse leurs limites humaines, eux qui ne cherchent qu'eux-mêmes et leurs attentes, et ils ne savent pas me reconnaître pour ce que Je suis parce qu'ils sont aveugles dans l’esprit.

Je viens du Père Très Saint qui est véridique, que Je connais, dont Je fais partie, qui m'a envoyé vers eux, mais eux, précisément parce que ce sont des menteurs dans leur faute et dans leur orgueil, ne savent pas voir. Leurs vues et leurs ambitions sont contenues dans leur mensonge, même si Ma Personne et Ma parole les secouent et les agacent, comme l'affirme et le réalise la première lecture : le juste doit être persécuté et répudié, voire affligé, et on cherche à l’éliminer, étant donné que sa simple présence est un reproche par rapport à la mauvaise conduite des méchants, elle condamne leur conscience. Ils ne me connaissent pas parce qu'ils ne connaissent pas non plus le Père de qui Je viens, le Père qui est vérité, et celui qui Lui appartient ne peut qu'être véridique et il reconnaît Mon appartenance à Lui, reconnaît qui je suis.

Et vous, Mes enfants, pensez-vous me connaître ? Oui, vous connaissez Mon histoire, Ma naissance, ce que J'ai fait, mais connaissez-vous l'intimité de Mon Cœur, la profondeur de Mes pensées, les secrets qui existent dans Mes entrailles ? Qui me connaît pour qui Je suis dans Mon essence ? Ceux qui sont de vrais enfants du Père, qui se font petits : ceux-là me connaissent, ceux qui, comme Jean, se placent sur Mon Cœur où sont éviscérés et ouverts les trésors de Ma nature divine, qui se révèle dans l'amour qu’elle est, [mais] uniquement à ceux qui s'abandonnent en Dieu dans l’authenticité, qui ne sont pas à la recherche d’eux-mêmes, contrairement aux pharisiens, qui sont aveuglés par leur sagesse et le culte de leur propre ego.

C'est aux humbles que Dieu se manifeste et se révèle, il ouvre les cascades de Son intimité pour donner ce que la créature peut accueillir et contenir, comme cela s'est produit avec les saints, qui ont acquis Ses propriétés, les éléments divins qui ont donné à leurs prochains le goût de ce que Dieu est. En le connaissant vous apprenez à l'aimer et en l'aimant vous apprenez à le connaître de plus en plus, vous devenez Sa substance, une porte communicante de Son Cœur qui, s'épanouissant en vous, vous transmet Ses sentiments, Ses humeurs, Ses pensées : vous savourez déjà le goût du paradis.

Ce sont ces enfants qui, à la question : "Connaissez-vous Jésus-Christ ?", peuvent répondre : "Oui, je connais le Seigneur, je sais qui Il est, je le connais parce qu'Il est en moi, Il vit en moi." En Lui se trouvent le Père et le Saint-Esprit qui, à travers la connaissance du Fils, manifestent leur amour et assimilent l’âme.

Je vous bénis.

Message 5573 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 14 mars 2024

Chers enfants, une grande foule de soldats [prêtres et personnes consacrées. Note du traducteur.] fuiront la guerre et abandonneront leurs uniformes. Ils s'enfuiront par peur et pleureront dans la repentance. La victoire de Dieu viendra aux justes. Les courageux soldats qui resteront à la défense de la vérité recevront leur récompense. Vous vous dirigez vers un avenir de grandes persécutions. Ce qui arrivera n’a jamais été vu par les hommes depuis l’époque d’Adam. Je souffre à cause de ce qui vient pour vous. Quoi qu’il arrive, restez fidèles à Jésus. Votre récompense sera grande si vous gardez la flamme de votre foi allumée. Pliez vos genoux en prière. Cherchez la force dans l’Évangile et l’Eucharistie. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 14 mars 2024

Message complet

Message de la Vierge Marie, Rosa Mistica, Reine de la Paix à Eduardo Ferreira, Sao José dos Pinhais (Brésil), le 13 mars 2024

Paix à vous, mes enfants. Je suis votre Mère, la Rose Mystique, Reine de la Paix, je suis là pour vous aider. Mes enfants, priez. Ne laissez pas la foi se refroidir. Attention : n'abandonnez pas votre vie de prière. Priez et faites confiance à mon intercession. Affrontez les difficultés quotidiennes par la prière. Priez pour les vocations sacerdotales et religieuses. Merci d'avoir répondu à ma demande de treize jours de prière pour les prêtres. Avec amour, je vous bénis.

Message de la Vierge Marie, Rosa Mistica, Reine de la Paix à Eduardo Ferreira, Sao José dos Pinhais (Brésil), le 12 mars 2024

La paix [soit avec vous]. Chers enfants, réveillez-vous pour prier. J'ai insisté ici : sans la prière, je ne pourrais pas vous aider. Réveillez-vous à ce que je vous dis. Mes enfants, ne laissez pas l'ennemi avoir du pouvoir dans votre vie. Priez toujours. C'est le temps de la prière et de la purification. Repentez-vous. Avec amour, je vous bénis.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 12 mars 2024

"L'eau de Dieu" (Lectures : Ezéchiel 47, 1-9.12, Ps 45, Jn 5, 1-16)

Ma petite Marie, la Parole de ce soir vous présente la substance de l'eau, l'eau qui glisse entre vos doigts et qui pourtant a tout son poids qui peut vous recouvrir et vous submerger. Au début de la création, la première substance présente est l'eau. C'est de l'eau, que Dieu divise, que surgit la terre. Dieu a alors donné l’origine à toutes les choses à partir de là. L'eau jaillit du sein du Père Très Saint, qui en provient en se nourrissant de Son amour créateur, par lequel Il insuffle toute vie.

Ezéchiel fait l’expérience de son action dans la première lecture : dans son débit initial, l'eau qu'il voit sortir du seuil du temple de Dieu atteint ses chevilles, mais elle monte ensuite dans un crescendo qui, du filet d'une source, devient un ruisseau, et puis un torrent, et enfin un fleuve qui forme ensuite les eaux de la mer. Et partout où coulent ces eaux, la vie surgit. Les eaux sont remplies de poissons qui fournissent de la nourriture, et leurs rives sont pleines de plantes et de fruits : des fruits pour nourriture et des feuilles de plantes médicinales et curatives.

L'eau elle-même vous soutient : vous devez la boire pour exister, et pas seulement cela, elle devient aussi un signe de purification, un lavage qui lave non seulement la saleté physique, mais est le signe du lavage spirituel qui vous nettoie du péché… Le Déluge vous le rappelle : c'est par l'eau que le Père Divin a purifié le monde du mal, pour ensuite régénérer la vie à nouveau. C'est dans l'eau du Jourdain que Naaman, en se lavant, est guéri de la lèpre, et c’est dans cette eau qu’on reçoit le premier baptême. Et encore dans l'Évangile d'aujourd'hui qui vous présente la piscine de Bethsaïda, où, par la grâce de Dieu, ses eaux étaient remuées temps en temps par un ange et celui qui s'y jetait le premier recevait la guérison. L'eau est signe de la grâce renouvelée qui apporte la santé.

Lors de Ma venue, J'apporte personnellement Mon eau, aspergée par l’Esprit Saint. Je donne directement Moi-même une santé renouvelée au malade qui n'a pas pu entrer dans ladite piscine parce qu'il était paralytique. Je ne brise pas les lois du Père. L'eau conserve toujours sa fonction. Ce qui a été donné par Dieu dure éternellement. Je viens apporter en Moi une eau nouvelle ; par l’immersion elle vous donne le pardon des péchés dans le Baptême et dans les différents sacrements qui sont imprégnés de Mon sang et de Mon eau divins.

Vous-mêmes êtes majoritairement composés d'eau, mais pour que votre eau intérieure reste cristalline dans l'esprit, il faut qu'elle soit mélangée avec la mienne, se lavant continuellement pour se régénérer en redevenant transparente. C'est seulement ainsi que vous deviendrez des eaux qui ne stagnent pas et ne deviennent pas putrides, des eaux qui coulent et portent en elles, partout où elles vont, une vie renouvelée à laquelle beaucoup boiront pour trouver la santé et le salut. Vous deviendrez des ruisseaux, des torrents ou des fleuves et mers comme les saints, mais vous rejoindrez tous l'océan de Dieu.

L'eau vous rappelle le sein maternel dans lequel vous avez été immergés pendant la gestation pour vous former et pour votre naissance, et elle vous ramène également au grand don du sein maternel de Marie, dont les eaux descendent en elle du Père, aspergées par l'Esprit Saint, et dans lesquelles Ma Personne a été formée. Elles contiennent la présence de la Très Sainte Trinité.

En vous plongeant en Marie vous vous forgerez en elle lors de votre gestation pour l'éternité. Quelle grâce pour celui qui le comprend et le vit.

Pensez-vous qu'il n'y a plus d'eaux dans les Cieux ? Elles sont toujours présentes, vitales, transparentes, des eaux divines qui, sous leurs diverses formes et dans toute leur beauté, débordent du trône de Dieu et avec lesquelles les bienheureux se plaisent à s’asperger de leur sainteté et la béatitude qui en découle. Vous serez cette composition d'âmes formées par l'eau de la grâce dans laquelle le Saint-Esprit vit et jouit.

Je vous bénis.

Message 5572 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 12 mars 2024

Chers enfants, faites confiance à Jésus. En Lui se trouve votre vrai bonheur. Témoignez par votre propre vie que vous appartenez au Seigneur. Vous vous dirigez vers un avenir dans lequel peu de gens seront témoins de l’amour de Jésus dans leur vie. Le grand refroidissement de la foi provoquera la cécité spirituelle chez beaucoup de mes pauvres enfants. Je souffre à cause de ce qui vous arrive. Les hommes adoreront ce qui est faux et la vérité de Dieu sera méprisée. Aimez et défendez la vérité. N'ayez pas peur! Ceux qui sont avec le Seigneur seront toujours sous Sa garde. Courage ! Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. S en paix.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 11 mars 2024

"Dieu est le Père d'une création pérenne" (Lectures : Is 65, 17-24, Ps 29, Jn 4, 43-54)

Ma petite Marie, la terre d'Haïti est envahie par le Diable, c’est une terre qui lui est consacrée. La masse de son peuple vit de ses rites qui lui sont offerts avec leur macumba [* macumba = magie noire originaire d’Haïti, répandue dans les Caraïbes et en Amérique du Sud, surtout au Brésil. Note du traducteur], et il y en a peu qui restent justes et innocents, dont beaucoup seront protégés par Moi. D’autres seront des martyrs, car seul le sang du martyre fera renaître cette terre et effacera le pacte avec le malin.

Voici que, dans Sa première création, le Père Très Saint avait créé Jérusalem pour la joie, comme l'annonce la première lecture, le peuple pour la jubilation, Il a créé l'homme pour qu'il puisse être heureux dans Son jardin terrestre, où Il conversait et s’entretenait agréablement avec lui : il ne manquait de rien et vivait en tout bonheur, mais l'homme ne voulait pas s'en contenter ; il voulait encore plus, désirant être Dieu Lui-même, prendre Sa place ; il voulait dépasser les possibilités de sa réalité et sa nature par le péché de désobéissance qui a ouvert la porte de la mort avec sa douleur et sa souffrance, brisant l'amitié avec le Père céleste.

Dieu est pourtant celui qui recrée toujours, qui offre toujours une nouvelle naissance, et Il m'a envoyé - Moi, Son Fils. Avec Ma rédemption J’ai fait une nouvelle création, d'autres cieux et une nouvelle terre, la lavant avec Mon Sang, réparant tout péché, remettant toutes les fautes, et l’adhésion de l’homme aurait suffi pour recréer le jardin des délices. Mais encore une fois, l’être humain dans son orgueil n'a pas été satisfait de Mon projet de salut, voulant toujours dépasser le Tout-Puissant pour se faire Dieu lui-même, en continuant à transgresser et à déchirer la création renouvelée du Rédempteur dans chaque péché commis, ce qui permet que l’agonie des tourments et de l’injustice frappe toujours l’humanité.

Le Très Saint Souverain est celui qui ne recule jamais et qui cherche continuellement à rendre toutes choses nouvelles, à donner à chaque personne la possibilité de choisir l'union avec Dieu, la connaissance de Sa consolation dans la joie personnelle de le rencontrer, ce qui satisfait toutes ses faims. Les bras du Père sont toujours ouverts à tous afin de leur offrir Sa joie, et même si les hommes continuent à pécher, Il a déjà préparé, pour ceux qui se sont réfugiés en Lui, Sa troisième création, dans la Jérusalem céleste, d'un homme ressuscité qui, même en passant par la souffrance, même ayant connu la douleur de la vie terrestre à la place de la ville glorieuse, en y entrant, comme le dit le psaume : "La lamentation se transformera en danse". Tout le passé ne sera plus, sa mémoire sera oubliée car tout sera joie. Il n'y aura ni larmes de tristesse ni morts. Les bienheureux danseront, ressuscités et heureux d’une création qui n'aura plus d’épreuve, mais l'éternité.

Comment vous y préparer, comment vous préparer à expérimenter cette joie éternelle, sinon en transformant la terre de votre âme en jardin de Dieu, sinon en vous libérant du péché ? Mais comment faire pour éviter de pécher ? Enfants, avec la foi, dans la foi qui aime, on ne pèche pas, parce qu'on ne veut pas blesser l'être aimé et on le suit [on suit Dieu] dans Ses consignes. Et comment acquérir une telle foi et un tel amour ? En venant à Moi, en me cherchant avec désir.

Rien ne peut naître de vous, vous êtes comme une structure, un échafaudage auquel je donne l’habillage et la substance. Je vous donne foi et amour. Je peux vous combler. Vous avez reçu le libre arbitre du choix de venir à Moi et de vous épancher en Moi.

Ainsi, comme vous le dit l'Évangile d'aujourd'hui, les hommes recherchent des prodiges et des signes pour croire, qu'ils recherchent souvent par curiosité ou pour leurs effets miraculeux qui donnent de l'exaltation, mais non pour me suivre, contrairement à la figure du père dans l'Évangile d'aujourd'hui, qui vient à Moi dans sa simplicité : il ne cherche que Ma personne en disant : "Seigneur, mon fils est en train de mourir, viens", et déjà Je réponds : "Ton fils vit." Ma Parole lui a suffi. Lui, un païen, a cru à Ma parole et, en y faisant confiance, à son retour chez lui, il avait la certitude de retrouver l'enfant en bonne santé. La foi, mes enfants, croit en l'amour de Dieu, et sa réponse à la foi est la santé : tout revient à la vie.

Voici que le Roi glorieux a préparé un somptueux banquet pour vous nourrir, mais les hommes ne viennent pas, restant mal nourris. Il a allumé un feu ardent pour leur donner la chaleur, mais ils s'en éloignent et restent gelés. Il invite, ouvrant Ses merveilleux jardins à la contemplation de leur beauté, mais les hommes n'y entrent pas et restent paralysés.

Bienheureux ceux qui viennent au Seigneur et sont rafraîchis, réchauffés, consolés et encouragés auprès de Lui. Ceux qui le seront, suivront Son chemin dans Sa sainteté pour accéder au triomphe de la béatitude dans Sa maison royale.

Je vous bénis.

Message 5571 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 9 mars 2024

Chers enfants, éloignez-vous de tout ce qui vous sépare de mon Fils Jésus. Vous appartenez au Seigneur et les choses du monde ne sont pas pour vous. Ne vous découragez pas. Tout ce qui appartient au monde passera, mais ce qui vient du Seigneur, reçu par la foi, restera pour toujours. Aucune force humaine ne détruira les projets de Dieu. Ouvrez vos cœurs et acceptez la Volonté du Seigneur pour vos vies. C'est dans ce monde, et pas dans un autre, que vous devez témoigner que vous appartenez à Jésus. L’humanité marche sur les voies de l’autodestruction que les hommes ont préparés de leurs propres mains. De nombreuses nations boiront la coupe amère de la douleur et d’autres disparaîtront. Je souffre à cause de ce qui vous arrive. Pliez vos genoux en prière. Ce n’est que par la force de la prière que vous pourrez supporter le poids des épreuves à venir. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai vers Celui qui est votre unique Voie, Vérité et Vie. Allez de l’avant! Je serai toujours avec vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de la Vierge Marie à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 8 mars 2024

Message complet

Message de Notre-Dame de Zaro di Ischia reçu par Simona, le 8 mars 2024

J'ai vu Maman vêtue tout de blanc, avec une couronne de douze étoiles sur la tête et un manteau blanc qui couvrait aussi ses épaules et qui descendait jusqu'à ses pieds nus, qui reposaient sur le globe. Maman avait les bras ouverts en signe de bienvenue et dans sa main droite un long chapelet fait de lumière.

Loué soit Jésus-Christ

"Mes chers enfants, je vous aime et je vous remercie d'avoir répondu à mon appel. Enfants, je vous demande encore une fois la prière, une prière forte et constante. Ma fille, prie avec moi."

J'ai prié avec Maman, puis elle a repris le message.

"Mes enfants, que de haine, que de douleur, que de souffrance, que de guerre dans ce monde, et pourtant vous pourriez vivre comme au paradis si seulement vous vous aimiez les uns les autres, si seulement vous aimiez Dieu. Mes enfants, faite de votre vie une prière continue. Enfants, aimez-vous et laissez-vous aimer, laissez le Seigneur faire partie de votre vie. Je vous aime, mes enfants, je vous aime.

Maintenant, je vous donne ma sainte bénédiction.

Merci d'être accourus vers moi."

Message de Notre-Dame de Zaro di Ischia reçu par Angela, le 8 mars 2024

Ce soir, la Vierge Marie est apparue toute vêtue de blanc ; le manteau qui l'enveloppait était également blanc et large. Le même manteau couvrait sa tête aussi. Sur sa tête était une couronne de douze étoiles brillantes. La Vierge Marie avait les mains jointes en prière, sur sa poitrine un cœur de chair couronné d'épines. Dans ses mains était un long chapelet, blanc comme la lumière, qui atteignant presque ses pieds. Ses pieds étaient nus et reposaient sur le globe ; le globe était enveloppé d'un gros nuage gris, je le voyais tourner et sur certaines parties du monde je voyais ce qui ressemblait à de grosses taches sombres.
Le visage de la Vierge Marie était très triste, sa tête était baissée, ses yeux étaient pleins de larmes qui coulaient sur son visage, descendant jusqu'à ses pieds, mais lorsqu'elles touchaient le sol, ces taches disparaissaient.

Loué soit Jésus-Christ

"Chers enfants, c'est un temps de prière et de silence. C'est un temps de grâce : mes enfants, je vous prie de vous convertir et de revenir à Dieu.
Enfants, le prince de ce monde tentera de vous séparer de mon amour en essayant de brouiller vos pensées, mais n'ayez pas peur, soyez forts et persévérez dans la prière.
Fortifiez-vous par les saints sacrements, par le jeûne, par la prière du saint rosaire et par les œuvres de charité. Que votre vie soit prière, priez beaucoup l'Esprit Saint, laissez-vous guider par l'Esprit Saint, Il ouvrira vos cœurs et guidera chacun de vos pas.
Mes enfants, mon cœur est transpercé de douleur en voyant combien de mal il y a dans le monde. Priez beaucoup pour la paix, de plus en plus menacée par les puissants de cette terre. Priez beaucoup pour mon Église bien-aimée, non seulement pour l'Église universelle mais aussi pour l'Église locale. Priez pour le Vicaire du Christ.
Chers enfants bien-aimés, priez Jésus, jetez-Lui toutes vos peurs, ne vous découragez pas et ne perdez jamais votre espoir.
Aimez Jésus, priez Jésus, adorez Jésus. Pliez vos genoux et priez."

Quand Maman a dit : "Adorez Jésus", j'ai vu une grande lumière et à droite de la Vierge j'ai vu Jésus sur la Croix. Maman m'a dit : "Ma fille, adorons ensemble." Elle s'est agenouillée devant la Croix.
Jésus avait les signes de la passion, Son corps était blessé, dans de nombreuses parties de Son corps la chair était déchirée (comme manquante). La Vierge Marie pleurait et le regardait en silence. Jésus a regardé Sa Mère avec un amour indescriptible : une rencontre de regards. Je n'ai pas de mots pour décrire ce que j'ai vu. Jésus était complètement couvert de sang, Sa tête était percée par la couronne d'épines, Son visage était défiguré, mais il transmettait l'amour et la beauté bien qu'il ressemblait à un masque de sang. Ce moment m'a paru interminable.
J'ai prié en silence, confiant à Jésus tout et chaque personne qui s'était confiée à mes prières, mais j'ai particulièrement prié pour l'Église et pour les prêtres. Puis la Vierge Marie a repris le message.

"Chers enfants, veillez avec moi, priez avec moi, n'ayez pas peur, je ne vous laisserai pas seuls, je suis à vos côtés à chaque instant de votre journée et je vous enveloppe de mon manteau; laissez-vous aimer."

En conclusion, elle a béni tout le monde. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Message de la Vierge Marie à Luz de Maria de Bonilla (Costa Rica), le 7 mars 2024

Message complet

Message 5569 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis, le 5 mars 2024

Chers enfants, soyez petits aux yeux des hommes pour être grands aux yeux de Dieu. Lorsque Dieu vous appelle, vous n’appartenez plus au monde et le manteau qu’Il ​​vous a donné, aucune force humaine ne peut vous l’enlever. Soyez des annonciateurs de la vérité. Vous vivez dans un monde contaminé par les ténèbres du Diable. Vous appartenez à la Lumière. Soyez du Seigneur seul et laissez-Le prendre soin de vous. Je vous demande d'être des hommes et des femmes de prière. C’est seulement par la force de la prière que vous pourrez vaincre le mal. Soyez dociles à mon appel et tout se terminera bien pour vous. Je suis votre Mère et je suis venue du Ciel pour vous aider. Écoutez-moi. En ce moment, je fais tomber sur vous une extraordinaire pluie de grâces du Ciel. Allez de l’avant! Mon Jésus a besoin de vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m’avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de la Vierge Marie à Gisella Cardia, Trevignano Romano, le 3 mars 2024

Mes enfants bien-aimés, merci d’être ici en prière et d’avoir plié les genoux dans ce lieu béni.

Mes enfants, je vous le demande en ce moment où il y a tant de changements autour de vous : ayez confiance, faites confiance à Jésus !

Mes enfants, seul Dieu peut vous donner la paix dans un monde si troublé par les guerres, les mensonges et les injustices. Encore une fois, je vous demande de faire confiance à Celui qui est mort pour votre salut.

Criez, même depuis cette colline, qu’il faut suivre l'Évangile ! Rien que la voix de l'Évangile. Je suis avec vous, n'ayez pas peur.

Maintenant je vous bénis, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

[NOTE: Depuis la publication de ce message, le diocèse de Cività Castellana a jugé que les événements à Trevignano Romano ne sont pas d'origine surnaturelle (constat de non supernaturalitate). Ils ne seront donc plus reproduits ici jusqu'à nouvel ordre, même si notre évaluation personnelle reste inchangée.]

Message 5568 de Notre-Dame Reine de la Paix à Pedro Régis (Brésil), le 2 mars 2024

Chers enfants, ne vous découragez pas. Mon Jésus est avec vous et ne vous abandonnera jamais. Placez votre confiance et votre espoir en Lui et vous serez victorieux. L'humanité se dirige vers l'abîme spirituel et le moment du grand retour est arrivé. Mon Fils vous aime et vous attend à bras ouverts. Je vous demande de garder allumée la flamme de votre foi. Cherchez d'abord les choses du Ciel. Tout dans cette vie passe, mais la grâce de Dieu en vous sera éternelle. Lorsque vous vous sentez faibles, cherchez de la force dans la prière et l’Eucharistie. N'oubliez pas : le Diable gagne lorsque vous êtes loin de mon Fils Jésus. Votre arme de défense consiste en l’amour de la vérité. Soyez attentifs ! En Dieu, il n’y a pas de demi-vérité. Vous vivez à une époque pire que l’époque du Déluge. Vous verrez encore des horreurs sur Terre. Une grande destruction viendra par les mains des hommes. Je souffre à cause de ce qui vous arrive. Courage! Je prierai mon Jésus pour vous. Voici le message que je vous transmets aujourd'hui au nom de la Très Sainte Trinité. Merci de m'avoir permis de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Soyez en paix.

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 2 mars 2024

"Les commandements sacrés"

Ma petite Marie, celui qui est en Moi n'a rien à craindre. C'est comme s'il était enfermé dans un cocon protégé dans le ventre de sa mère. Et c'est pour cette raison que J'appelle de plus en plus Mes enfants à venir chez moi afin que Je les accueille et les couvre dans la sécurité Ma protection.

Voici, dans la première lecture, le Père éternel vous donne le Décalogue Sacré, la Sainte Loi, recette de toute santé, texte indiquant la paix, une liste de justice, écrin qui contient la substance de lumière qui indique le chemin et qui infuse la vie à l'homme. Parole qui ne va pas contre l’homme, mais faite pour lui. Si les peuples n’ont pas la santé, la paix et la justice, c’est parce qu’ils transgressent les Saints Commandements, ils les déchirent par le péché. Et que gagnent-ils par leur désobéissance ? Maladies, guerres et injustices.

L'homme est insensé et va contre lui-même, tandis que dans le Décalogue accompli, il trouve son équilibre. Si l’humanité faisait l’expérience d’une fidélité totale à la parole du Père Très Saint, elle retrouverait le paradis terrestre.

Dieu vous rappelle à Ses commandements et vous invite à reconnaître et à adorer Lui seul, le Dieu unique, mais les hommes ne font que poursuivre et se revêtir de mille idolâtries en y étant soumis, reniant le vrai Seigneur. Il vous appelle à ne pas offenser Son Saint Nom, mais un chaos de blasphèmes atteint le Ciel sans cesse : un tribunal des ténèbres s'élève avec une malédiction dans son imprécation. Dieu vous exhorte à sanctifier le jour du Seigneur, mais vous en avez fait un jour de vanité, vide, destiné uniquement au divertissement. Il vous demande d'honorer vos parents, mais jamais auparavant des parents, surtout dans leur âge avancé et leur fragilité, n'ont été abandonnés à leur solitude, méprisés et dénigrés comme ils le sont aujourd’hui. Il vous ordonne de ne pas tuer, et l'homme se déchaîne contre l'homme et le tue : combien de myriades de créatures reviennent à Moi tuées dans le sein maternel, combien d'âmes tuées intérieurement par la condamnation du jugement et de la calomnie. Il vous exhorte à la chasteté, à prendre soin de votre corps dans sa défense contre l'impureté, tandis que l'on expérimente l'exaltation de la chair et de toute abomination de la luxure. Il vous dit de ne pas voler, et vous continuez sans crainte à escroquer vos prochains, non seulement en les privant de leurs biens, mais aussi en volant au travail, en occupant et en usurpant ce qui ne vous appartient pas, en dépouillant l'honneur d'autrui. Il vous exhorte à être loyaux et véridiques, mais au lieu de cela les mensonges sont omniprésents, les faux témoignages et toutes sortes d’hypocrisie, juste pour se protéger ou pour attaquer son frère. Il vous demande de ne pas désirer et chercher des choses et des personnes qui appartiennent aux autres, même juste en cultivant [le désir] dans votre cœur, et vous ne faites que prendre et aspirer à ce qui ne vous appartient pas et que vous ne devez pas avoir. Comment la bénédiction de Dieu peut-elle descendre sur les gens ?

Comment vous aider ? Je suis venu à votre secours, non pas pour annuler la Sainte Loi qui est éternelle, mais pour laver la honte du péché par lequel vous l'avez profanée, et pour vous aider dans votre faiblesse en vous offrant l'Église qui vous rappelle continuellement son enseignement et qui vous soutient en Moi pour l’accomplir.

Mais que fait toujours l’homme ? Tout comme à Mon époque dans le lieu sacré du temple de Dieu, où c'était un terrain de commerce et de changeurs de monnaie, un marché, J'ai réaffirmé que c'est la maison du Père, un lieu d'adoration et de prière qui n'appartient qu'à Lieu seul, malgré Mon avertissement valable pour tous les temps, aujourd'hui encore les églises deviennent des places de bavardage et de salutations, souvent une foire, une exposition de vanité et de bruit, oubliant la présence de Dieu et qu'il faut du silence, de l’ordre, du zèle pour l'honneur de son caractère sacré.

Tout ce qui crée du bruit, du désordre, de la distraction et du bavardage vient de l'ennemi qui cherche à créer le chaos pour que les âmes ne s'imprègnent pas de l'Esprit Divin, ne ressentent pas et ne s'assimilent pas à Son amour unitif, essayant ainsi d'offenser le Très Saint Esprit Divin et pour faire pécher les fidèles, afin qu’ils jeûnent du Saint-Esprit en sorte que, sans alimentation, ils n'aient pas la force d'accomplir les Commandements Sacrés.

Les prêtres et les ouvriers de l'Église en sont également responsables car souvent ils ne reprennent pas les gens : au contraire, ils se livrent eux-mêmes à leurs bavardages pour être complaisants, ne donnant donc pas l'exemple et l'éducation au respect dû au lieu saint.

Qu'est-ce qui peut encore vous aider ? Je viens toujours à votre secours, non seulement pour vous laver de vos péchés, mais aussi pour faire la lumière sur votre comportement erroné et pour continuer à vous irradier de Mon amour. Ce n'est qu'en vous y baignant que vous pourrez éclairer vos pensées et réchauffer votre cœur, car l'amour a une force puissante, plus qu'une explosion nucléaire. L'amour qui vous imprègne de Moi vous donne force et sens à votre fidélité à la loi sacrée, union d’une intimité participative avec votre Père en l’écoutant : vous comprendrez et expérimenterez alors l'honneur dû à Sa maison, et vous rapporterez cela que vous aurez acquis pour les autres dans la santé, la paix et toute justice.

Je vous bénis

Message de Jésus à "Petite Marie" (Rome), le 1 mars 2024

"La réparation à Mon Divin Coeur"

Ma petite Marie, aujourd'hui, le premier vendredi du mois, vous vous souvenez de Mon Divin Cœur, de la réparation, de l'honneur qui lui sont dus, et, en cette période de Carême, vous vous associez particulièrement au souvenir et à la contemplation de sa très sainte douleur ressentie dans Ma Passion, où Mon Cœur a participé à la souffrance à chacun de ses battements, a souffert de Ma solitude et de l’abandon, des tourments causés par les démons, de la trahison des hommes et de tout ce qui a égoutté Ma Personne jusqu'à dans Mon agonie, où Mon Cœur agonisa et mourut pour vous.

C'est un Cœur qui aime, qui vous aime tellement. Un cœur qui est l'innocence transparente, rayonnement d'amour infini, d’une candeur maximale dans ses sentiments inégalés. Pourtant, jamais Cœur n’a été aussi déchiré, battu, laissé sans réponse à la passion d’amour qu’il a pour vous. Il verse des larmes et du sang pour le péché par lequel il est blessé, pour les cris qui lui parviennent continuellement à cause des injustices du monde, en écoutant les hurlements des innocents dans les guerres, en entendant leur terreur, le hurlement de la faim, du froid et de la peur, en voyant tant de membres humains dépecés et éparpillés sur le sol.

Et que ressentent ceux qui fomentent et déclenchent de tels conflits ? Ils ne ressentent rien. Ce sont des démons incarnés qui ne pensent qu’à se protéger et à protéger leurs propres intérêts. Ils veillent à rester en sécurité, ils s'abritent, rafraîchis dans tous leurs besoins, mais ils envoient les autres se préparer, se battre et mourir.

J'entends le cri des pauvres, arrivés à l’indigence, des malades sur leurs lits de douleur et sans soins, des personnes âgées souvent abandonnées qui pleurent dans leurs besoins, des jeunes qui vivent repliés dans les cités et qui meurent dans leur dépendance, et des combien de familles déchirées par leurs violences internes. Combien de situations existent dans ce monde pauvre et affligé qui a besoin de libération et de guérison. Tout cela fait saigner Mon Divin Cœur, qui voit tout.

Alors vous allez dire : "Seigneur, pourquoi est-ce que Tu n’interviens pas, pourquoi n'arrêtes-Tu pas tout cela, Toi qui peux le faire ?" Mes enfants, Mon Cœur donne la vie et veut vous donner la vie, mais Il le peut lorsque vous avez recours à lui, confiants en Mon intervention, avec votre adhésion. De même que le mal tire sa force du péché commis et étend son mal, de même votre Dieu peut agir pour vous sauver si vous vous unissez à Lui, si vous cherchez Son salut, si vous voulez participer à Son bien, puisque la volonté de l'homme ne sera pas violée. C'est un talus infranchissable. Mais si vous vous tournez vers le refuge de Mon Très Sacré Cœur, si vous voulez revenir à l'amour qu’il est, en exerçant ses sentiments, alors ses battements en vous recommenceront à palpiter, en répandant la vie, la paix et la guérison.

Combien en ce jour ont pensé à adorer et à faire réparation à Mon Divin Cœur, combien se sont mis à contempler ses saintes douleurs, à se plonger dans ce qu'il a souffert, le prix payé pour la rédemption ? Si les multitudes le faisaient, des pluies de grâces pleuvraient sur vous, sur l'Église et sur les hommes. Toute créature qui se déverse authentiquement dans Mon Cœur absorbe et reçoit son essence, qui est la substance de la sainteté, elle en devient une partie, une particule de sa chair et de ce qu'il aime, répandant la charge de son amour sur tous.

Voici que Dieu vous guérit, vous libère, vous ramène l'équilibre de toute justice, mais Il ne vous sauve pas sans vous. Le père du fils prodigue se tient sur le seuil de la porte. Il regarde toujours vers l'horizon. Son cœur gémit et espère et attend patiemment que son fils revienne pour lui rendre sa dignité perdue, mais le fils doit se mettre en route pour l'atteindre, il doit vouloir revenir vers lui.

Travaillez dans l’amour de la réparation envers Mon Très Sacré Cœur. Placez son image dans chaque maison, entourez-la de prières et de soins, consacrez-vous à lui avec toute la famille : là où Mon Cœur est aimé, là s'étend la protection de Dieu.

Je vous bénis.